…

Données participatives

ICT Update

La modélisation participative en trois dimensions est un outil communautaire qui s’appuie sur le savoir autochtone local à des fins multiples, comme la planification de l’utilisation des sols, la gestion de bassins hydrologiques, la prévention contre les catastrophes, la communication et la sensibilisation.

La modélisation participative en 3D (MP3D) est un outil communautaire, qui peut tout aussi bien être défini comme un
« processus », qui intègre des connaissances spatiales locales et des données sur l’élévation du terrain et la profondeur des mers pour générer un modèle physique. Les communautés locales participent à la modélisation du territoire dont dépendent leur subsistance et leurs pratiques culturelles. Les données générées par le processus de MP3D sont extrêmement variées, mais pour l’essentiel, elles sont pertinentes pour les détenteurs du savoir local (couverture des sols, utilisation des sols et infrastructure, etc.) et sont étroitement liées à la culture d’un peuple donné, à ses sites sacrés, à ses cimetières.

Les détenteurs du savoir local peuvent souhaiter partager des données, mais il se peut qu’ils en considèrent certaines comme privées et sensibles. Cependant, ils voudront peut-être localiser et documenter ces données uniquement pour leur usage interne. Ils souhaiteront peut-être conserver un contrôle stratégique sur les informations partagées, la manière dont elles sont publiées et à quel public elles sont diffusées.

La MP3D est déjà utilisée dans de nombreuses situations: la revendication de la propriété d’un territoire, le transfert de connaissances intergénérationnel et la gestion des conflits. Elle a récemment pris son essor dans la région Pacifique, permettant à la population des petits pays insulaires, où la montée du niveau de la mer menace les moyens de subsistance de nombreuses personnes, à prendre des décisions informées pour une gestion optimale des risques et une adaptation au changement climatique.

Origines de la MP3D

La MP3D a d’abord été utilisée à la fin des années 1980 en Thaïlande afin de montrer où le Département royal des forêts développait des plantations dans le cadre de la réhabilitation de bassins versants. Il s’agissait alors d’un outil de démonstration axé sur la conservation, et non d’un outil participatif. Madame Uraivan Tan-Kim-Yong, docteur en anthropologie à l’université de Chiang Mai, dirigeait alors un programme de recherche faisant participer des tribus vivant dans les montagnes. Elle invitait ses élèves à fabriquer de petites maquettes en polystyrène et à les apporter dans les villages pour discuter de la conservation des sols et des problèmes liés à l’érosion.

Ces modèles ont démontré leur utilité et ont fini par attirer l’attention d’autres protagonistes qui ont commencé à développer et à déployer le processus de MP3D. Le Programme germano-thaï de développement des régions montagneuses (TG-HDP) (1981-1998), financé par l’Agence de coopération technique allemande, était l’un des premiers à adopter cet outil [1]. Pour la première fois, les modèles 3D ont commencé à être utilisés dans les villages et de façon participative. Ils ont commencé à évoluer d’un outil de démonstration à un outil d’éducation, pour finalement devenir un outil de planification. En 1993, un atelier a eu lieu en Thaïlande, où ont assisté plusieurs ONG d’Asie du Sud-Est. Des organisations telles que l’Association philippine pour le développement interculturel (PAFID) et le Forum écologique des Visayas occidentales ont commencé à adopter la MP3D et à l’utiliser avec les populations autochtones. Les modèles les ont aidés à répondre à la demande de minorités tribales de générer un grand nombre de données prouvant leur occupation ancestrale des terres et de l’eau afin d’obtenir les droits coutumiers d’occupation et d’usage reconnus par le gouvernement. Au fil des années, la MP3D a profité de la créativité des nombreux utilisateurs qui ont pris part au processus.

Défis initiaux

Toutes les nouvelles technologies se heurtent à des difficultés lors de leur mise en œuvre. Avec la MP3D, le premier défi est la disponibilité de modèles numériques d’élévation (MNE) suffisamment détaillés, à jour et précis. Par exemple, certains MNE ont été produits il y a plusieurs décennies. Or, si un modèle vierge est élaboré sur la base d’un modèle d’élévation obsolète, les dépositaires de savoir pourront signaler le changement de caractéristiques topographiques, comme l’érosion d’un littoral, la modification du cours d’une rivière ou la transformation d’une côte en raison d’un glissement de terrain. Une fois le problème du MNE résolu, les détenteurs du savoir local renseignent le modèle et y partagent; et visualisent leurs connaissances spatiales. Les habitants s’amusent beaucoup à faire ce genre d’exercice, qui de surcroît est très gratifiant.

Appliquer la MP3D pour cartographier des zones étendues, comme par exemple un pays entier, constitue un autre défi. La MP3D requiert une préparation et une logistique considérables. Par conséquent, l’outil est fréquemment déployé dans des points chauds ou des régions sensibles. Dans les petits états insulaires, c’est un outil utile pour cartographier les paysages terrestres et marins, et, à terme, de vastes régions voire un pays entier.

Dans certains pays, l’utilisation de la MP3D a eu un impact indéniable sur la politique. Aux Philippines, le gouvernement a adopté le processus dans de nombreux contextes allant de la résolution des conflits à l’attribution de la propriété foncière et maritime aux autochtones. En 2001, le ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles a signé un circulaire administratif recommandant l’utilisation de la MP3D dans la « planification des zones protégées et la gestion durable des ressources naturelles » [2]. À compter de novembre 2014, 165 modèles fournissant des données fondamentales pour le processus d’élaboration de politiques ont été réalisés dans les Philippines. Autre cas plus récent, le gouvernement du Samoa a adopté le processus dans le cadre de l’adaptation au changement climatique et de la gestion des risques axée sur la communauté.

Au niveau international, la MP3D a été recommandée par le CTA, le PNUD, le FIDA, le FEM, l’UNESCO et plus récemment par l’UICN dans le cadre de la « promesse de Sydney » de 2014.

Du support physique au support numérique

Il est important de définir où les modèles 3D sont stockés, qui est responsable de leur conservation, de leur usage et de leur mise à jour. Un modèle est inutile s’il est enfermé dans une pièce inaccessible ou si on le place dans une vitrine et que l’on en fait une pièce de musée. Les modèles doivent faire partie de la vie de tous les jours. Ils servent à enseigner la géographie et l’histoire du territoire aux enfants. Cela est vrai pour les modèles physiques qui se trouvent généralement sous le contrôle direct des détenteurs du savoir. Leur représentation numérique, en revanche, suit une tout autre voie et ses dépositaires sont généralement différents.

Une fois que les données passent du support physique au support numérique, il existe un risque de mauvaise utilisation ou de partage involontaire. Il est essentiel que les intermédiaires désignés comme les dépositaires des données soient une entité fiable et digne de confiance qui protégera ces données et répondra aux souhaits de la communauté lorsqu’il s’agira de les partager. La confiance et l’éthique jouent ici un rôle important. Les personnes qui effectuent des travaux de recherche extraient parfois des données et pourraient ignorer le fait que le processus de cartographie devrait d’abord et avant tout profiter aux détenteurs du savoir. Des individus sans scrupule pourraient entraîner d’autres personnes à partager les données afin de les exploiter. La MP3D suppose un niveau d’éthique élevé et une relation de confiance entre les différents acteurs, à savoir, les détenteurs du savoir et les intermédiaires/facilitateurs maîtrisant les technologies.

En 2006, la communauté d’utilisateurs se consacrant à la pratique des SIG participatifs a mis au point une directive [3] sur l’éthique pratique destinée aux utilisateurs des SIGP, les facilitateurs, les intermédiaires technologiques et les chercheurs afin d’encourager l’adoption de bonnes pratiques. Elle a été publiée en 12 langues et régit le comportement des personnes impliquées dans les processus de génération, de traitement, de stockage et de partage des données en cartographie participative. Le code recommande que les détenteurs du savoir gardent le contrôle total tout au long du processus et que les données soient rassemblées, puis partagées avec leur consentement libre et éclairé.

En majorité, les données de la MP3D ont été bien protégées. Toutefois, il est arrivé que des données entrées dans un modèle soient mal utilisées. En Asie du Sud-Est, on rapporte que des tombes situées sur un modèle 3D ont été pillées parce ces données n’avaient pas été retirées et avaient été laissées accessibles au public. Par conséquent, il est important de sensibiliser les gens sur les implications de la géolocalisation des données sensibles et leur diffusion au public. Ils peuvent alors décider ce qu’ils peuvent visualiser, ce qu’ils veulent abandonner ou effacer du modèle.

Un des composants les plus importants du processus de MP3D est l’implication d’agences externes depuis le tout début. Cette implication peut sensibiliser les personnes extérieures à la profondeur, à la précision et à la pertinence des savoirs locaux. Elle peut également susciter un nouveau sentiment de respect pour les détenteurs du savoir local.

 

Références

[1] P3DM for Participatory Land Use Planning (PLUP) in Thailand, Integrated Approaches to Participatory Development (IAPAD).

[2] Participatory 3-Dimensional Modelling as a Strategy in Protected Area Planning and Sustainable Natural Resources Management. Memorandum, Department of Environment and Natural Resources, Republic of the Philippines, Integrated Approaches to Participatory Development (IAPAD).

[3] Rambaldi, G., Chambers, R., MCcall M. et Fox, J. (2006) Practical ethics for PGIS practitioners, facilitators, technology intermediaries and researchers, Participatory Learning and Action, 54, IIED (April) 106-113.