…

Données sur la pêche: Peut-on les collecter avec des applications mobiles?

Milton Haughton

Milton Haughton, Directeur exécutif du mécanisme régional de gestion des pêches des Caraïbes (CRFm), analyse l’importance de données précises sur la pêche, pourquoi il est si difficile de les collecter et la nécessité de créer de nouveaux modèles de collecte, de validation et de diffusion des données. Il aborde également le rôle que joueront les applications mobiles à l’avenir dans ce domaine.

Pourquoi les données sont-elles aussi essentielles pour la politique de la pêche dans la région des Caraïbes?

Disposer de données et d’informations de qualité concernant l’état des stocks de poissons et savoir exactement comment évoluent les écosystèmes marins et les zones de pêche est d’une importance vitale. Nous devons prendre des décisions sur la base d’éléments concrets, en d’autres termes, sur la base de données et d’informations de qualité sur ce qui se passe dans les zones de pêche. Il est évident que nous ne disposons pas de telles données pour la plupart des espèces importantes sur le plan commercial. La marge de croissance des populations de nombreuses espèces de poissons capturées en mer est très réduite, donc nous devons mieux gérer et conserver ces ressources afin d’assurer leur disponibilité à long terme et de protéger les moyens de subsistance de milliers de pêcheurs et de communautés côtières. Nous avons donc besoin de données de meilleure qualité pour ces situations.

Nous nous sommes engagés à améliorer d’une part, la qualité et la quantité des données de base, et d’autre part, les informations sur les espèces pêchées, les quantités pêchées, le nombre de pêcheurs qui travaillent dans les zones de pêches et leurs revenus. Nous voulons également être capables de suivre l’évolution de ces ressources. Aujourd’hui, il est très difficile et très coûteux d’obtenir ce type de données. De plus, elles sont autrement plus complexes à collecter que sur la terre, où, par exemple, il est aisé d’aller compter le bétail. Par nature, la pêche se fait dans un environnement très difficile. Il faut des bateaux de recherche et des personnes disposant de compétences spécialisées et expertes de la pêche et des statistiques. Cependant, dans le passé, la responsabilité de fournir des données et des informations incombait aux agents gouvernementaux de la pêche, ce qui pose problème, car, dans la plupart des cas, ils ne disposent pas d’un accès direct aux informations, alors que les pêcheurs, les entreprises de transformation du poisson et les exportateurs manipulent le produit de la pêche jusqu’à sa commercialisation. Si nous parvenons à travailler plus étroitement avec ces parties prenantes, nous pourrions assister à une amélioration significative de la qualité et de la quantité de données et d’informations dont nous disposerions sur l’état et l’évolution de ces ressources.

Notre problème est qu’il nous est arrivé à de nombreuses reprises d’essayer d’évaluer les stocks pour effectuer des projections et définir des mesures de gestion et de conservation, mais nous nous sommes heurtés à cet obstacle, à savoir ne pas disposer de données satisfaisantes. La crédibilité des données est également très importante et les parties prenantes auront plus confiance dans une mesure de gestion s’ils savent qu’ils ont contribué à la fourniture des données et s’ils ont confiance dans le processus de génération et d’analyse des données et dans l’élaboration des recommandations de gestion.

Pourquoi les applications mobiles pourraient-elles être la solution pour collecter des données?

Lors de la dernière conférence ICT4Ag (Kigali 2013), nous avons beaucoup entendu parler d’une application mobile destinées aux pêcheurs appelée mFisheries. Ce logiciel comprend non seulement de nombreuses fonctionnalités les aidant à pêcher, mais aussi à tenir un registre de leurs propres captures.

Si elle n’a pas encore bousculé l’ordre général des choses, cette application présente un potentiel énorme et il serait judicieux de l’utiliser à plus grande échelle dans la région. Le travail expérimental se poursuit, nous ne l’avons donc pas encore intégrée à notre processus formel d’évaluation des stocks. Nous tenons à encourager l’utilisation de mFisheries et à amener de nombreux pêcheurs à y contribuer, non seulement en utilisant l’application pour obtenir des informations pour leur profit personnel immédiat et trouver leur site de pêche, puis se mettre en relation avec les marchés pour vendre leurs prises, mais aussi pour générer le type de données et d’informations scientifiques dont les chercheurs et les responsables de la pêche ont besoin. Ils peuvent ensuite utiliser ces informations pour suivre les tendances générales de l’industrie et mener des analyses d’évaluation des stocks. Pa conséquent, nous prévoyons de développer nos activités aux niveaux national et régional au moyen d’outils TIC tels que mFisheries et d’autres applications similaires.