…

Point de vue du CTA sur les données ouvertes

ICT Update

Les parties prenantes à l’initiative GODAN (Global Open Data for Agriculture and Nutrition, Données ouvertes mondiales pour l’agriculture et la nutrition) se sont récemment rencontrés à Wageningen, Pays-Bas, pour discuter des impacts réels et potentiels des données ouvertes dans l’agriculture. Voici quelques enseignements tirés de cette rencontre.

L’initiative GODAN vise à démontrer l’avantage que représentent les données ouvertes dans l’agriculture et à convaincre davantage les gouvernements de favoriser leur disponibilité. « Je suis optimiste quant au potentiel des données ouvertes lorsque je vois le travail réalisé dans le cadre de projets tels que GODAN, qui ne se résume pas à l’obtention d’autorisations de travailler avec quelques ensembles de données, mais qui permet l’élaboration de nouvelles infrastructures ouvertes et collaboratives, par lesquelles nous pouvons utiliser les données pour communiquer, collaborer et transformer notre monde. » (Tim Davies, GODAN)

S’il existe des milliers de sources de données concernant l’agriculture (Dataverse, CIARD ring, Banque mondiale, Datahub), seules les données satellites et météorologiques montrent des exemples de répercussions pour la les visualisation globale des terres cultivables en 3D. Le hackathon (http://www.futurefoodhack.nl) au cours de la conférence, a montré des exemples d’applications à partir d’une variété de ces sources.

Données ouvertes liées: L’ensemble des données lisibles par la machine en agriculture repose fortement sur un vocabulaire commun . La bibliothèque de la FAO, la librairie agricole nationale aux Nations-Unies et CABI sont entrain de lier leurs dictionnaires de synonymes à travers le projet GACS (www.slideshare.net/catecara/2015-01-godanwageningengacs).

Visualiser les données pour les chaînes de valeur: On nous a présenté le concept de la chaîne de valeur des données et la rapidité avec laquelle elle évolue. Par exemple, le Cap-Vert utilise des tablettes pour recueillir des données de recensement; le Samoa numérise des plans communautaires en 3D pour prendre des décisions et les données ouvertes sont publiées dans le portail des données ouvertes africaines par tous les gouvernements sauf cinq.

Le manque de données: Dans son interview, Lawrence Haddad (IFPRI) appelle à l’investissement et à la redevabilité pour les données globales sur la nutrition.

Les données ouvertes, un service public: La Fondation Gates a expressément mentionné la nécessité de transformer plus de recherches publiques en données ouvertes et a adopté une politique d’accès ouvert cette année. « Trop d’argent public est dépensé dans des données inaccessibles et non vérifiées »
(Stanley Wood, Fondation Gates).

Le secteur privé: Nous avons découvert comment de nouveaux modèles sont créés pour rendre économique l’ouverture des sources de données et comment les entreprises utilisent déjà la même architecture de données ouvertes couplées au sein de leur organisation, afin de simplifier l’ouverture dans d’autres secteurs. « Les données ouvertes doivent quitter les bâtiments et servir à vendre les services des entreprises » (Wim G.M Batianssen, WaterWatch).