Les ONG dans l’espace ICT4Ag

Shaun Ferris

Shaun Ferris explique comment différentes technologies ont transformé la façon dont les ONG travaillent au sein des communautés affectées par la pauvreté et l’injustice.

La technologie fait rapidement évoluer les méthodes, les systèmes d’aide et la façon dont les organisations non gouvernementales (ONG) travaillent avec les communautés et avec leurs prestataires de services. Cette transformation crée de nouvelles opportunités dans les communautés du monde entier, et améliore la vie quotidienne de nombreuses personnes affectées par la pauvreté et l’injustice, leur permettant d’accéder à une vaste gamme d’informations et de services numériques grâce à leurs appareils mobiles. La technologie est également à l’origine de l’ère de la prise de décision pour les organismes de développement international, basée sur la capacité de collecter, d’analyser et de diffuser des données avec plus de rapidité et de précision.

Il y a quinze ans, hormis les compagnies de téléphone, peu d’entreprises locales dans les économies émergentes pouvaient prendre en charge de nouvelles applications et des innovations d’ICT4D. Dans les dix années qui ont suivi, l’utilisation des téléphones portables a explosé dans le monde en développement. Inspirée par cette transformation, la communauté des ONG a commencé à s’intéresser à la technologie, générant de nombreux projets pilotes. Dans les années 2000, la plupart des produits TIC testés étaient expérimentaux et gratuits. Les coûts d’utilisation des TIC en dehors des capitales nationales étaient souvent prohibitifs et la capacité à payer pour les nouveaux services faible. Le développement des infrastructures est pourtant actuellement en marche. L’utilisation des communications vocales et l’essor rapide de l’argent mobile ont profondément modifié les pratiques commerciales dans toute l’Afrique.

Les ONG s’efforcent désormais d’établir des partenariats avec des sociétés locales et étrangères. Ce mélange d’expérience, de capital, de connaissances et de solutions localisées donne naissance à une nouvelle génération de produits, d’entrepreneurs et de services. Ces partenariats explorent également des modèles commerciaux nouveaux, dont certains sont gratuits et prennent en charge des services essentiels du secteur public, alors que d’autres se transforment en modèles payants.

Le monde des ONG collabore plus étroitement avec les secteurs gouvernementaux et le secteur privé pour renforcer les systèmes locaux, dans le but de soutenir des secteurs tels que la fourniture d’intrants, la gestion des ressources naturelles, les systèmes d’alerte rapide et le développement des marchés. Tous ces acteurs travaillent dans leur domaine d’expertise et relient de plus en plus leurs opérations via une technologie qui contribue à l’amélioration des opérations de la chaîne d’approvisionnement, de la cartographie, des outils d’aide à la décision, des communications ou de la collecte plus rapide d’informations.

Utiliser la technologie pour améliorer les conditions de vie

Catholic Relief Services (CRS), association humanitaire internationale de l’église catholique des États-Unis d’Amérique, utilise les TIC pour améliorer la conception et la mise en œuvre de ses programmes. L’utilisation d’approches basées sur la technologie a permis de réduire de 75 % le temps nécessaire pour procéder à des évaluations d’urgence, de 53 % le nombre d’erreurs dans la collecte de données et de 51 % les couts associés à l’organisation de foires aux semences. 

Dans le secteur agricole, CRS s’efforce d’élargir ses connaissances de l’espace ICT4Ag depuis 7-8 ans. Travaillant avec de nombreux partenaires et testant plusieurs technologies, les expériences pilotes sont un élément essentiel du processus d’apprentissage pour CRS, qui développe des outils et des méthodes pour exploiter la puissance de la technologie et aider les agriculteurs et les services de vulgarisation agricole à réunir des informations, développer des outils d’aide à la décision, décrire leurs  taches et surveiller leur performance commerciale. Les appareils mobiles et les services en ligne permettent d’enregistrer les bénéficiaires et les vendeurs de semences, d’offrir des coupons avec code-barres et de suivre le paiement des fournisseurs. CRS travaille également avec des agents de terrain pour aider les exploitants à améliorer leur performance sur les marchés. Les agents de terrain acquièrent de nouvelles compétences en commercialisation et en gestion en utilisant la plateforme d’apprentissage en ligne. Ils enregistrent les modèles d’entreprise des agriculteurs en utilisant un registre numérique, et un outil de suivi leur permet de consigner leurs activités. Les prix du marché en temps réel et les mises à jour des prévisions météorologiques sont fournis aux producteurs par SMS, ce qui leur permet de décider à quel moment et sur quel marché vendre leurs produits et augmenter ainsi leurs recettes. CRS insiste sur l’importance de travailler en étroite collaboration avec tous les acteurs de l’écosystème « technologie-client », en prenant le temps d’écouter, d’apprendre, et de partager les réussites et les échecs. Intégrer encore davantage de systèmes numériques dans le fonctionnement du secteur permettra aux communautés de bénéficier de meilleurs services à l’avenir.