…

Des drones pour compter les cocotiers

E. Reynolds et F. Felolini Tafuna’i

Dans les îles de Samoa, au cœur du Pacifique, la technologie des drones est utilisée dans le cadre d’une étude sur les cocotiers visant à prévoir plus précisément le rendement et la production d’huile de coco vierge.

En 2015, l’organisation non gouvernementale agricole samoane WIBDI, Women in Business Development Incorporated (les femmes pour le développement intégré des entreprises), a réalisé qu’elle avait besoin d’un nouveau moyen pour collecter des données exhaustives auprès des associations d’exploitations agricoles, et de les organiser. WIBDI aide les familles rurales locales à s’engager activement sur le marché de niche des produits biologiques grâce au commerce équitable. Cette organisation cherchait un moyen de faciliter les contrôles du respect des normes en matière d’agriculture biologique et l’estimation de certaines cultures, notamment celle des cocotiers.

La noix de coco est à la fois la ressource renouvelable et le produit d’exportation le plus important des Samoa. Le pays exporte de l’huile de coprah, de l’huile de coco vierge, de la crème de coco, de la noix de coco séchée, de la fibre de coco et des produits à base de coquillages, à destination de l’Australie et de la Nouvelle Zélande pour la majorité des produits. WIBDI est le principal exportateur d’huile de coco vierge des Samoa et son premier client est l’entreprise The Body Shop.

À la recherche de solutions au problème de collecte de données, WIBDI s’est tourné vers l’entreprise samoane de services techniques Skyeye. Selon ses experts, les véhicules aériens sans pilote (UAV), communément appelés drones, étaient la solution idéale. Leur utilisation est moins coûteuse que celle d’un appareil avec pilote, et ils peuvent prendre des images d’une résolution supérieure à celle des images satellites.

Un serveur ouvert et gratuit

Dans le cadre de ses travaux de cartographie, Skyeye utilise un drone à voilure fixe pour la cartographie professionnelle pouvant couvrir des zones étendues au cours d’un même vol autonome. « Le drone nous permet de photographier des exploitations agricoles difficilement accessibles et d’effectuer des vols quand nous le souhaitons, si les conditions météorologiques sont favorables. La possibilité de capturer des images instantanées a représenté un avantage considérable pour ce projet de numérisation », explique Ephraim Reynolds, le technicien de Skyeye spécialisé en systèmes d’information géographique (SIG).

Une fois les images du drone récupérées, elles sont traitées pour produire des ortho-mosaïques (images assemblées dont la déformation est corrigée numériquement) afin de pouvoir les superposer sur une carte. Ces images sont ensuite ouvertes dans un logiciel SIG libre (QGIS). À l’aide de ce logiciel, les techniciens peuvent numériser des caractéristiques essentielles des exploitations agricoles. La haute résolution des images obtenues à partir des drones permet de procéder à un comptage visuel du nombre total d’arbres.

Skyeye utilise une application SIG nommée Web Feature Service (WFS) qui lui permet de donner accès aux utilisateurs à son géo-serveur, un serveur ouvert et gratuit conçu pour le partage de données géospatiales. Grâce à elles, les exploitants agricoles peuvent télécharger différents types d’informations, et modifier comme mettre à jour eux-mêmes la carte numérique de leur exploitation. « Skyeye peut ainsi répartir le travail et analyser les images des drones plus rapidement et de manière plus centralisée au sein d’un même système », explique M. Reynolds.

Repérer des zones d’atterrissage pour les drones

En estimant l’âge des cocotiers sur chacune des parcelles de l’exploitant agricole, WIBDI peut prévoir le rendement et la production d’huile de coco vierge. Ces estimations peuvent à leur tour être exploitées pour évaluer la viabilité de futures entreprises commerciales et obtenir des estimations plus précises quant aux bénéfices annuels escomptés.

L’utilisation de drones a représenté un avantage considérable pour WIBDI, mais elle n’a toutefois pas été sans poser quelques problèmes. M. Reynolds explique que le défi le plus important de Skyeye a été de sélectionner des zones d’atterrissage appropriées, particulièrement difficiles à trouver sur une île tropicale. « Les images satellites de Google dans les Samoa ne sont pas à jour. Parfois, la meilleure solution a été de demander aux habitants du village où nous pouvions trouver une clairière appropriée », raconte Ephraim Reynolds.

Maintenir une liaison radio stable avec le drone a constitué une contrainte supplémentaire. « Pour faire face à cette difficulté, nous avons restreint l’étendue de la trajectoire de vol du drone, ou alors nous l’avons lancé depuis des terrains surélevés », explique M. Reynolds.

Fin janvier 2016, Skyeye avait cartographié 10 480 hectares à l’aide de drones et avait comptabilisé 138 180 cocotiers. L’étude devrait être terminée d’ici le mois d’avril 2016. À l’avenir, Skyeye Samoa espère développer ce procédé de comptage des cocotiers mis au point pour WIBDI. Comme le fait remarquer Ephraim Reynolds, « Au fur et à mesure que les Samoa et la région du Pacifique prendront conscience que la technologie des drones peut être utilisée dans divers secteurs d’activité, notamment l’agriculture, la région renforcera sa capacité à atteindre des marchés importants et à rester en phase avec l’évolution des techniques modernes. »

Liens connexes

Skyeye, géolocalisation de véhicules
www.skyeye.ws

Women in Business
http://www.womeninbusiness.ws