…

Aider les entrepreneurs TIC à développer des solutions adaptées à chaque besoin

Catherine Flouvat

L’opérateur de télécommunications français Orange a élaboré plusieurs programmes de soutien destinés aux start-up TIC d’Afrique et du Moyen-Orient. En offrant des services adaptés et sur mesure à de jeunes entrepreneurs innovants, Orange vise à développer un modèle local de croissance durable fondée sur l’e-agriculture.

Lancé en 2011, le Programme Orange pour le Développement (O4D) appuie le développement de solutions innovantes en vue de répondre aux besoins et de contribuer à la création d’écosystèmes numériques qui viendront stimuler le progrès social et le développement économique en Afrique et au Moyen-Orient. Le programme se structure autour de trois axes : le développement d’une infrastructure et de la connectivité, la fourniture de services sur mesure pour répondre à chaque besoin et le soutien à l’innovation dans les écosystèmes locaux. L’agriculture constitue un des principaux domaines ciblés, tout comme la santé, l’éducation, les services financiers et les femmes.

En améliorant la connectivité des exploitants agricoles grâce à des infrastructures fiables, on leur offre un soutien et des services adaptés. Dès lors, le programme O4D investit notamment dans des start-up actives dans le domaine de l’e-agriculture, celles-ci bénéficiant de diverses formes de soutien de la part d’Orange (voir l’encadré). Une des activités phares mise en œuvre par l’opérateur est le Prix Orange de l’Entrepreneur Social. Ce prix octroie chaque année 25 000 EUR, 15 000 EUR et 10 000 EUR à trois start-up. Depuis 2011, vingt-deux start-up se sont vues récompensées et ont pu bénéficier d’un accompagnement privilégié. Tous les finalistes du prix ainsi que ceux du « Coup de cœur de l’Entrepreneur Club » reçoivent un soutien en vue de développer leurs produits et services dans le cadre d’un programme d’accompagnement privé de six mois offert par des entrepreneurs professionnels, des experts en TIC et des représentants d’ONG. Seul le lauréat du premier prix peut déposer un brevet.

L’opérateur de téléphonie mobile français favorise également l’entrepreneuriat par le partage des expériences et du savoir-faire en donnant accès à ses plateformes et réseaux d’échange et en facilitant la création de nouveaux services TIC par le biais d’interfaces de programmation d’applications (API). Par ailleurs, Orange a lancé des programmes d’incubation au Sénégal, à Maurice, au Niger, au Mali et en Guinée. Ces programmes ont été pensés de manière à créer un espace inclusif avec une gouvernance horizontale, alliant le secteur public, privé et la société civile, en vue d’améliorer le taux de réussite des start-up.

Soutien technique

Le Nigérien Abdou Maman Kané est l’un des lauréats de la première édition du Prix de l’Entrepreneur Social, avec son entreprise Télé-Irrigation. Il a développé un processus technologique permettant aux exploitants agricoles de piloter à distance l’irrigation de leurs champs à partir de leurs téléphones portables (même les modèles les plus basiques), quelle que soit leur localisation dans un certain rayon. Ce système intelligent permet aux agriculteurs d’économiser du temps et de l’eau.

Remporter le Prix Orange 2011 a eu un impact décisif sur le développement de l’entreprise de M. Kané. Ce dernier reconnaît que le prix lui a ouvert de nombreuses portes auparavant fermées car il a crédibilisé son projet, notamment au regard des banques. Sa solution TIC a également reçu le soutien d’experts internationaux. Elle a été primée par le Salon International des Inventions de Genève en 2012, puis sélectionnée par l’Institut Francophone du Développement Durable. Elle a également été présentée lors du Forum mondial de l’Eau à Marseille. Grâce à ce soutien, M. Kané a amélioré son produit et a pu étendre sa clientèle : il a actuellement plus de cent clients payants au Niger.

Le Sénégalais Aboubacar Sidy Sonko est un autre entrepreneur qui a été primé. En 2012, il a fondé la bourse agricole virtuelle MLouma pour publier en temps réel des informations sur les prix, la localisation et la disponibilité des produits agricoles. Producteurs et acheteurs peuvent recevoir des mises à jour par internet, des notifications par SMS ou ont accès à un centre d’appel afin de savoir rapidement où vendre et acheter les produits au meilleur prix. MLouma a remporté le Challenge Développeurs 2014 d’Orange, en intégrant trois API dans son processus : l’API USSD, pour rendre la plateforme accessible via des téléphones portables ordinaires, l’API SMS, pour informer les utilisateurs des prix et l’API Billing, pour facturer des crédits de communication aux utilisateurs pendant leur navigation. Depuis que Mlouma a remporté le Challenge et intégré les API, son nombre d’utilisateurs est passé de 500 utilisateurs uniquement en ligne à plus de 100 000 utilisateurs principalement sur téléphone portable en 2016. MLouma ambitionne maintenant de couvrir l’ensemble du secteur agricole sénégalais et de s’établir dans les pays voisins.

« Au départ, notre principal défi consistait à atteindre les agriculteurs vivant dans des zones rurales sans accès à internet », a déclaré M. Sonko. « Le Challenge a été une excellente opportunité d’étendre nos services au marché mobile, capable de toucher plus facilement les agriculteurs. M. Sonko reconnaît que l’appui technique reçu de la part d’Orange Sénégal a été essentiel dans la phase de mise en œuvre. « Nos deux points forts sont la modularité de nos services et la qualité de notre partenariat avec Orange et son réseau d’API en Afrique », ajoute-t-il.

Il reste des défis pour les entreprises lauréates

Sonko espère que les programmes de soutien aux start-up se focaliseront également sur la promotion des solutions auprès des utilisateurs finaux que sont les producteurs, transporteurs et négociants, ainsi que sur leur formation à l’utilisation des TIC dans l’agriculture. « Cela permettrait de parvenir à une masse critique d’utilisateurs, pour le bénéfice de chacune des parties prenantes, et ouvrirait la voie à d’autres jeunes entrepreneurs pour qu’ils accèdent aux API dans le domaine de l’ICT4Ag. »

Tous les lauréats n’ont pas connu le même succès. Certains ont connu des difficultés auxquelles ils ont dû s’adapter ou qui étaient parfois trop importantes pour être surmontées. Cela a été le cas de Kachile en Côte d’Ivoire. Cette société a été l’une des lauréates de l’édition 2011, mais elle n’a pas survécu à la crise nationale et à un marché immature. On peut aussi citer Agasha Business Network, créée par Sharon Againe. Ce lauréat de 2011 a imaginé une agence de marketing web pour la promotion et la connexion de PME agricoles africaines éprouvant des difficultés à accéder au marché mondial. Des problèmes techniques ont empêché la création de la plateforme web. Le concept perdure toutefois sous la forme du Groupe AgaSha, l’éditeur de l’Agribusiness Directory East Africa, un outil de lien entre les entreprises agricoles, les experts et les professionnels et de soutien aux divers secteurs agricoles. Il permet aussi la création de groupes sur la plateforme Whatsapp Agribusiness Information, avec plus de 1 500 participants qui partagent en temps réel des opportunités, des expériences et des défis avec des experts et des professionnels.

Les succès et les échecs déterminent tous deux le futur du programme d’entrepreneuriat de O4D, qui offre aux entreprises des services de soutien adaptés et conçus sur mesure visant à la création d’un modèle de croissance durable fondée sur l’e-agriculture.


Soutien d’Orange aux start-up africaines

orange1Entrepreneur Club: cette plateforme numérique gratuite permet à tout entrepreneur, quel que soit le niveau de développement de son projet, d’accéder à des conseils et des outils de fonctionnement ainsi qu’à des activités d’Orange. http://entrepreneurclub.orange.com/en/

Orange Social Venture Prize: depuis 2011, 22 entreprises supplémentaires ont bénéficié d’un accompagnement par des experts. http://entrepreneurclub.orange.com/en/social-venture-2016.html   

Imagine with Orange: plateforme d’Orange gratuite destinée à tester des idées et des concepts d’entreprises auprès d’une communauté de 12 000 membres dans 56 pays du monde. http://imagine.orange.com/en/startup  

Incubators: co-créés par Orange et ses partenaires locaux dans cinq pays : CTIC au Sénégal, CIPMEN au Niger, EBENE à Maurice, SABOUTECH en Guinée et CREATEAM au Mali.

Orange Fab: un programme d’accélération de 3-4 mois dont l’objectif est de signer un accord de partenariat en Côte d’Ivoire, au Sénégal, en Jordanie et au Cameroun

Orange Developer/ APIs: une plateforme dédiée aux développeurs qui propose des API à télécharger et à acheter. Depuis 2014, Orange organise aussi régulièrement des API Challenges. https://developer.orange.com/

Orange Digital Ventures: cette société de capital-risque détient une participation financière minoritaire dans des start-up techniques. http://digitalventures.orange.com/ 

Teranga Capital: fondée en mars 2016 au Sénégal, cette société de capital-risque vise à jouer le rôle de « chaînon manquant » entre les investissements à hauteur de 75 000 EUR et de 300 000 EUR dans des entreprises TIC. http://www.terangacapital.com/