…

L'égalité des genres passe par les données

Davis Adieno

La demande de données associées au genre et de solutions ciblées sur les défis propres aux femmes, aux hommes, aux filles et aux garçons ne cesse de croître. Au Kenya, une communauté collecte les données générées par les citoyens et associées au genre, les analyse et les télécharge sur téléphone mobile pour diffusion aux femmes occupant des postes de direction.

DataShift a établi un partenariat avec l’Open Institute et le chef Francis Kariuki, également connu sous le nom de « Tweeting Chief », pour la collecte et l’analyse des données associées au genre provenant de la communauté de Lanet Umoja, dans le comté de Nakuru, au Kenya. DataShift est une initiative de l’Alliance mondiale CIVICUS. Dans le cadre du projet, les données générées par les citoyens offrent une meilleure visibilité des priorités de gouvernance et de développement associées au genre.

Cela a commencé par la collecte de données, qui est maintenant utilisée plus fréquemment pour permettre à la communauté d’entreprendre des campagnes de conseil ciblant les processus d’établissement de budget et de prise de décision du gouvernement local. L’objectif ultime est de développer, de tester et de partager largement un modèle d’engagement citoyen dans la domestication et le suivi des progrès au niveau de la communauté. Au fil du temps, de telles initiatives peuvent mesurer si des progrès sont réalisés ou non dans le cadre de l’Objectif de développement durable sur l’égalité des sexes (ODD 5).

Datashift a commencé par organiser un forum thématique sur le genre dans la communauté réservé aux femmes (jeunes comme âgées) réunissant plus de 100 groupes de femmes, pour les former aux objectifs et indicateurs de l’ODD 5. Ce forum réservé aux femmes a créé un espace sécuritaire pour qu’elles puissent discuter sereinement de leurs défis, opportunités et priorités. Un forum thématique conjoint de suivi a ensuite été organisé pour impliquer les hommes de la communauté et les chefs locaux, afin de les sensibiliser à l’ODD 5 et de les inclure dans le comité sur l’égalité des genres de Lanet Umoja.

Les réunions suivantes se sont focalisées sur la littératie des données, la clarification des questions litigieuses comme les soins et travaux domestiques non payés, ainsi que la démonstration de l’importance des indicateurs ODD 5 dans la mesure des progrès. Datashift a impliqué la communauté plus encore dans le développement de méthodologies et outils de collecte des données générées par les citoyens et associées au genre. En octobre 2016, les outils de collecte des données générées par les citoyens et associées au genre ont été téléchargés sur les téléphones mobiles pour diffusion aux femmes occupant des postes de direction. Ces femmes ont été formées à la collecte des données sur téléphone mobile, laquelle collecte est en cours. Les données seront disponibles sur un tableau de bord en ligne, consultables sous forme d’information utilisable par la communauté pour mener des campagnes et obtenir des conseils.

Les défis

De nombreuses leçons peuvent être tirées de l’engagement de la communauté et des données générées par les citoyens et associées au genre à Lanet Umoja. Certains objectifs étaient plus pertinents que d’autres, en fonction de l’ampleur du problème au sein de la communauté. De plus, l’égalité des genres est encore largement perçue comme un problème exclusivement féminin.

Un autre défi est d’accéder à des données officielles classifiées en complément de celles générées par la communauté. Il est donc difficile de comprendre les tendances générales et ce que le gouvernement fait dans ce domaine, et il est donc difficile d’en tenir compte.

Il est maintenant largement reconnu que l’égalité des genres ainsi que l’émancipation des femmes et des filles sont des conditions préalables à l’atteinte des ODD, ce qui nécessite toutefois des données de bonne qualité, à jour et précises sur le genre, en plus de partenariats et d’efforts incessants sur tous les fronts.

Le travail de DataShift sur l’utilisation des données sur le genre générées par la communauté pour l’atteinte de l’ODD 5 continue à explorer les opportunités et défis par le biais de la recherche appliquée, le développement de collaborations et partenariats, et par l’engagement politique, la sensibilisation et le conseil principalement au Kenya et en Tanzanie, ainsi que dans d’autres pays pilotes de DataShift comme le Népal et l’Argentine.

Cet article a été publié pour la première fois le 7 décembre 2016 sur le site web de l’Open Data Institute, en anglais, sous le titre « Global gender goals: achieving local impact ». L’article d’origine peut être téléchargé à l’adresse : https://theodi.org/blog/global-gender-goals-achieving-local-impact

Liens associés 

À propos de DataShift

DataShift

DataShift is building the capacity and confidence of civil society organisations to produce and use citizen-generated data

Articles dans le même numéro