…

Des choix sains

Evert-jan Quak

L’augmentation de l’accès libre aux données sur la nutrition et l’alimentation pour les développeurs en TIC a entraîné une explosion des applications consacrées à l’alimentation saine et à la santé physique.

Grâce aux technologies, il est plus facile de nos jours de gérer notre apport nutritionnel personnel via les applications d’ordinateur et d’appareils mobiles comme les téléphones ou montres connectées. Si par exemple vous cherchez dans Google des aliments comme des carottes, un gâteau au chocolat ou du lait, vous pourrez consulter l’information nutritionnelle directement sur la page de recherche. Vous pouvez utiliser les applications pour scanner vos courses et ainsi connaître le nombre de calories qui se trouvent dans votre panier. Il existe de multiples applications et appareils de fitness, comme Fitbit, offrant de l’information supplémentaire sur la nutrition et l’apport des aliments sains.

Les données utilisées pour faire fonctionner ces applications et appareils à partir d’informations appropriées proviennent de sources de données ouvertes. L’une des plus influentes est située aux États-Unis. Le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) gère l’Agriculture Research Service, qui collecte de l’information provenant de fabricants de produits alimentaires. Lorsque vous entrez dans Google certains nutriments, en réalité, Google va chercher leur information dans les bases de données de l’Agriculture Research Service. L’USDA améliore et développe ses bases de données d’information nutritionnelle d’articles alimentaires régulièrement. L’agence de recherche améliore actuellement sa base de recherche consacrée aux produits alimentaires de marque, dérivée de la base de données nationale sur les nutriments de l’USDA, laquelle offre de l’information sur 8 800 aliments de marque et portions servant de source de données pour des agences gouvernementales, les chercheurs et l’industrie alimentaire

Les mesures de contrôle de la qualité

Pour la plupart, les données proviennent des fabricants qui soumettent leurs produits alimentaires au service. L’information est ensuite soumise à des mesures de contrôle de la qualité menées par l’Agriculture Research Service pour s’assurer de sa bonne organisation et de l’absence d’erreurs. Toutes les données sont dans le domaine public, il n’y a aucun copyright et aucune autorisation n’est requise pour leur utilisation par les développeurs en TIC.

L’API de l’USDA donne un accès en architecture REST aux bases de données de composition alimentaire. Celles-ci servent principalement à aider les développeurs d’applications qui souhaitent intégrer les données nutritionnelles dans leurs applications ou sites web. L’API fournit deux types de rapports : Les rapports sur les aliments, qui listent les valeurs nutritives d’aliments déterminés, et les rapports sur les nutriments, qui listent les aliments et leur valeur nutritive pour un ensemble de nutriments déterminé. L’USDA limite actuellement les requêtes API à un taux par défaut de 1 000 requêtes par heure et par clé API, ce qui semble approprié pour la plupart des applications.

L’objectif que l’USDA se fixe pour sa base de données nationale sur les nutriments est de l’étendre à 1 million d’éléments, comprenant des marques de distributeurs, des produits alimentaires internationaux, et les aliments des chaînes de restaurants devraient suivre. En raison de l’expansion de la base de données, l’agence envisage des services de cloud pour augmenter sa capacité de stockage. L’USDA a également annoncé une mise à jour du Global Agricultural Concept Scheme (GACS), un dictionnaire contenant 350 000 termes agricoles courants en 28 langues. L’USDA, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Centre for Agriculture and Bioscience International (CABI) ont collaboré à la création de l’ensemble des données du GACS. Cette collaboration est un bon exemple de la manière dont les gouvernements, les organisations non gouvernementales, les entreprises et les chercheurs peuvent favoriser l’innovation en rendant les données ouvertes et accessibles au public.


Le système YuScale

ODINE est le programme d’incubateur des données ouvertes de l’Union européenne. L’une des start-ups intégrées au programme d’incubateur est la société YuScale System, qui développe une application consacrée à la valeur nutritive des aliments et à son suivi facile pour ceux qui ont des besoins nutritionnels particuliers. La start-up allemande a reçu 100 000 euros d’ODINE.

Le système YuScale peut déterminer la valeur nutritive de repas prêts à consommer avec une précision de 80 % en fournissant un processus rapide mais sécuritaire. L’application remplace la faiblesse humaine de supposition, soutient les diabétiques dans leur vie quotidienne et aide les personnes obèses ou en surpoids à changer leurs habitudes.

Source: https://opendataincubator.eu/category/yuscale/

 

Liens associés 

Site web de l’Agriculture Research Service

ARS Home : USDA ARS

An ARS study shows that steam-treating cantaloupes can reduce pathogens more effectively than existing washes and chlorine treatments.

Articles dans le même numéro