Parler d’expériences communes

La radio et les outils web 2.0 interconnectent les paysans et l’agro-industrie caraïbes

Roderick St Clair

Le projet Eat Caribbean informe les acteurs de la filière agricole régionale via la radio, des podcasts, des blogues et des réseaux sociaux.

« Les paysans n’ont pas toujours le temps de lire des dépliants et des guides, aussi utiles soient-ils. Mais ils peuvent écouter la radio tout en travaillant et écouter des confrères parler de leur expérience et de leurs solutions. »

Roderick St Clair est l’animateur de l’émission de radio « Eat Caribbean », qui fait partie d’un projet éponyme du CaFAN (Caribbean Farmers Network). Eat Caribbean s’inscrit dans une vaste initiative de la FAO qui entend améliorer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté et la faim d’ici 2015, conformément aux Objectifs du Millénaire pour le développement. Le but spécifique du projet est de développer et de renforcer la sécurité alimentaire et les filières agricoles dans toute la région.

L’émission de St Clair s’adresse aux paysans, aux agents de vulgarisation, aux exportateurs, aux acheteurs et aux financeurs. Les débats doivent prouver que les filières peuvent répondre aux exigences des acheteurs (supermarchés, chaînes de fast food, transformateurs et exportateurs) et créer un lien entre ceux-ci et les paysans tout en parlant des défis et d’exemples de réussite. « Nous recherchons des acteurs de la filière agricole qui ont de l’expérience ou des conseils à transmettre aux autres », dit-il.

Les émissions sont diffusées sur une radio locale de Grenade et mises en ligne « live » chaque semaine. Ceux qui ont raté la diffusion peuvent aller sur le site web pour télécharger et écouter le podcast de l’émission. L’audience dépasse largement le périmètre des Caraïbes. Des auditeurs du monde entier, surtout d’Afrique et d’Amérique du Sud, téléchargent et s’abonnent au podcast et envoient des commentaires et des questions au site web du projet.

Les débats se prolongent sur le blogue, qui sert également de ressource avec des études de cas, des informations complémentaires et des liens vers des lectures complémentaires et des sites de partage. « Le blogue est devenu un forum de discussion et de contacts entre paysans », explique St Clair. « Ils peuvent nous suggérer des thèmes d’émission, ou obtenir les coordonnées de la personne qu’ils ont entendue pour obtenir des informations plus précises. »

Le projet s’appuie aussi sur des médias sociaux comme Facebook. « Nous venons de créer notre page Facebook », ajoute St Clair. « Nous espérons l’étoffer l’an prochain pour que les auditeurs puissent s’y retrouver et partager des informations. Les médias sociaux vont nous aider à trouver un public au-delà des Caraïbes et à favoriser les interactions entre auditeurs via la fonction “chat” et les commentaires des articles et des photos postés sur nos pages. »

Inspiration
L’émission n’est diffusée que depuis début 2011, mais les paysans utilisent déjà ses informations et multiplient les contacts entre eux. Fait tout aussi remarquable, elle leur redonne parfois le moral. « Un paysan m’a récemment appelé pour me dire qu’il avait eu une mauvaise journée, mais qu’après avoir écouté l’émission il avait retrouvé de la motivation et repris le travail avec entrain. Cela fait plaisir d’avoir ce genre de réactions d’auditeurs qui vous disent simplement que ce que vous faites les intéresse. Cela m’incite à continuer et à réaliser l’émission suivante. Bien qu’il soit trop tôt pour savoir si l’effet est réel, ces réactions sont un signe encourageant. »

Le projet rassemble régulièrement des paysans de la région pour dispenser des formations sur le travail au sein de la filière et son développement. Ces cours fournissent aux paysans les informations nécessaires pour qu’une fois rentrés au pays ils puissent jeter les bases d’une filière. Les émissions de radio, podcasts, blogues et réseaux sociaux renforcent les acquis des paysans, bien après que le cours de formation est terminé.

Bien que de nombreux petits paysans n’aient pas régulièrement accès à Internet, St Clair est convaincu que l’approche choisie par Eat Caribbean est la bonne. « Il faut bien se dire que les paysans ne sont qu’un maillon de la chaîne. Les entreprises que nous essayons d’associer au projet utilisent toutes Internet et ce sont elles qui commandent la filière. En s’impliquant, les paysans constatent que la technologie peut leur être profitable : même les petits paysans sont prêts à mettre la main à la poche pour accéder à cette information. »

Dans un proche avenir, St Clair espère créer une radio en ligne dédiée aux questions alimentaires et agricoles non seulement dans les Caraïbes mais aussi en Afrique et dans le Pacifique. C’est désormais techniquement possible et à très faible coût, autant que d’avoir des contributions et une audience qui dépassent la région.

« Les paysans ont des tas de choses à raconter, et ils aiment ça », ajoute-t-il. « Ils veulent aussi entendre les récits d’autres paysans. Quand un paysan écoute un autre paysan, il se sent plus fort, plus responsable, interpellé et respecté parce que c’est lui-même qu’il entend parler. Ce n’est pas un politicien ou un bureaucrate qui lui parle, mais un confrère. Avec l’aide de la radio, des blogues et des médias sociaux, ce projet va aider tous ces paysans et tous les acteurs de la filière à dialoguer entre eux et leur donner l’occasion de partager leurs histoires. »

Roderick St Clair (mountainspice@gmail.com) anime l’émission de radio Eat Caribbean ( www.eatcaribbean.net)

Eat Caribbean sur le web

Blog

http://eatcaribbean.net/blog/

Podcasts

http://cafanvaluechains.podbean.com/

Page Facebook

http://goo.gl/lYhxQ

Liens corrélés

Caribbean Farmers Network

www.caribbeanfarmers.org

 

Soutien aux programmes de sécurité alimentaire de la FAO

www.fao.org/spfs/spfs-home/fr

Secrétariat de la Communauté caraïbe

www.caricom.org

14 février 2012

Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) (ACP-UE Accord de Cotonou) Droit d'auteur CTA © 2014