Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Des données météorologiques aux prévisions météorologiques pour les agriculteurs

En Zambie, le Service de météorologie ouvre l’accès à ses données climatiques et météorologiques en fournissant aux utilisateurs finaux des produits d’information météorologique prêts à l’emploi. Tous les dix jours, il publie ainsi, par exemple, son bulletin météo des cultures.

Le bulletin météo des cultures est un bulletin reprenant des informations météorologiques et climatiques publié tous les 10 jours par le Service météorologique zambien (Zambia Meteorological Department, ZMD). Il est utilisé par les agriculteurs et comme outil pour l’actualisation des prévisions pluviométriques saisonnières.

Ce bulletin est diffusé par le biais d’une liste de diffusion. Il peut aussi être téléchargé sur le site web du ZMD et est diffusé sur les chaînes de radio communautaires. Les responsables agricoles au niveau des districts ainsi que les agents de vulgarisation agricole comptent parmi les abonnés à la liste de diffusion. Ils distribuent ensuite le bulletin aux agriculteurs de leurs districts respectifs.

Le bulletin présente les grandes tendances des 10 derniers jours au niveau de la répartition des précipitations, et signale les stations météorologiques ayant enregistré les plus fortes et les plus faibles précipitations en mentionnant le nombre de jours de pluie. Il donne aussi les cumuls de précipitations depuis le début de la période des pluies jusqu’à la période de 10 jours couverte par le bulletin. Même s’il couvre l’entièreté du pays, le bulletin fournit aussi des informations détaillées pour les différentes régions.

Les données qui serviront à la préparation du bulletin sont celles enregistrées par 41 stations météorologiques manuelles le le 1er, le 11 et le 21e jour du mois. Elles sont transmises au siège du ZMD, essentiellement par SMS. Toutes ces stations météorologiques sont équipées d’un GSM. Le bulletin est publié et diffusé dans les deux jours suivant la collecte des données. 

Des prévisions météorologiques à 10 jours sont données pour chaque région du pays. Les conditions agro-météorologiques donnent un aperçu de l’état des cultures (maïs) sur base du stade de croissance et des quantités de pluie tombées jusqu’ici. Un bulletin météo résumé des cultures reprend les précipitations et le nombre de jours de pluie enregistrés par toutes les stations qui ont envoyé leur rapport pour cette période, les cumuls de pluie depuis le début de la saison des pluies, les précipitions normales enregistrés jusqu’ici et tout écart par rapport à cette normale.

Le ZMD entend aujourd’hui se concentrer sur l’offre de produits finis d’information météorologique, comme le bulletin météo des cultures, qui sont transmis aux utilisateurs finaux – plutôt qu’ouvrir l’accès à toutes les données brutes en sa possession – afin de garantir la qualité des données. Le ZMD a en outre pour mission et domaine d’expertise la production de produits et de services météorologiques pour tous les secteurs.

Défis 

À l’instar d’autres services et produits météorologiques, ce service est assuré par le Service de météorologie grâce à des fonds publics. Les utilisateurs, tels que les agents de vulgarisation agricole et les agriculteurs, y ont gratuitement accès, car les statuts du ZMD ne l’autorisent pas à vendre ses produits et services.

Aucune base de données ne reprend les données de tous les utilisateurs, car le bulletin est redistribué par des intermédiaires, qui ne sont pas repris dans cette base de données. En outre, le bulletin est surtout diffusé en ligne, alors que de nombreux agriculteurs des régions reculées ne sont pas connectés à internet. Le ZMD envisage aujourd’hui d’utiliser un service SMS étant donné que les petits agriculteurs ont davantage accès aux services de téléphonie mobile, mais ce service est coûteux. Heureusement, la plupart des agriculteurs ont accès aux informations, puisqu’elles sont aussi diffusées sur les chaînes de radio communautaires.

Tenant compte du feedback principalement des acteurs du secteur, le ZMD a amélioré l’information et la présentation de son bulletin météo des cultures, qui inclut plus de contenu graphique. Les photos et les cartes sont aussi plus nombreuses et permettent de détailler l’information. Le feedback reçu des utilisateurs montre, quant à lui, que ces derniers souhaiteraient plus d’informations sur des cultures autres que le maïs. 

Les ambitions du ZMD se heurtent à un obstacle majeur : le réseau de stations météorologiques peu développé. Un autre problème pour le ZMD est de rassembler rapidement toutes les données des stations météorologiques manuelles pour les publier rapidement dans son bulletin. Il se heurte ici à une infrastructure de télécommunication peu développée. Il y a lieu de dégager des fonds pour investir dans ces produits et services afin d’améliorer le bulletin, la collecte et l’assimilation des données ainsi que la modélisation météorologique numérique. En outre, les produits et services doivent être publiés dans les langues locales afin d’être mieux compris par les petits exploitants.

Lire la suite

par , et

L’utilisation de données ouvertes dans le domaine de la météorologie pourrait répondre aux besoins d’information des systèmes de conseils agro-métérologiques. Mais les données ouvertes sont-elles parfaitement adaptées ? Sont-elles fiables, pertinentes, actuelles et disponibles ? Le projet CommonSense en faveur des petits exploitants d’Éthiopie fournit des éléments de réponse à ces questions.

par

Offrir des services à valeur ajoutée aux petits agriculteurs en utilisant des données météorologiques ouvertes dans les pays en développement est un véritable défi. Les 21 et 22 novembre 2017, des praticiens, des responsables politiques et des chercheurs se sont donc réunis à La Haye, aux Pays-Bas, pour examiner, dans deux ateliers, les défis pratiques et stratégiques auxquels ils font face dans leur travail avec les données météorologiques ouvertes et pour déterminer comment les relever.

par

La plupart des modèles commerciaux de fourniture de services météorologiques aux petits agriculteurs du Kenya sont financièrement trop peu viables pour être diffusés à plus grande échelle. La diffusion de tels services exige un renforcement des capacités et la mise en place d’un système de gestion de la qualité axé sur la validation de l’impact.

par

Le réchauffement climatique affecte le cycle de l’eau, ce qui impacte négativement la production agricole et perturbe les cycles météorologiques, utilisés dans les prévisions, et les cycles des saisons agricoles. L’utilisation des données météorologiques aide les petits agriculteurs à atténuer cet impact et à augmenter leur production. Pour y arriver, il y a lieu de mettre en place des partenariats multiacteurs - public-privé et pragmatiques.

par , et

Les stations d’observation climatique et météorologique sont encore trop peu nombreuses en Afrique, alors que la production alimentaire, les prévisions quant aux récoles et l’atténuation du risque de catastrophe pourraient bénéficier d’une observation améliorée. Un nouveau réseau d’observation climatique et météorologique intelligente et à long terme s’emploie à présent à relever le défi clé de la surveillance météorologique sur le continent.

par et

Tous les acteurs du secteur de l’agriculture ont un intérêt à disposer de données météorologiques exactes, localisées et fiables. L’accès à ces données permet aux organisations et aux entrepreneurs de traduire les données météorologiques brutes en informations météorologiques accessibles, ce qui est essentiel pour permettre aux producteurs de prendre des décisions éclairées dans la gestion de leur exploitation et pour atténuer efficacement les risques.

Emplacement:

Derniers numéros

ICT Update N° 92

Le pouvoir de la digitalisation

ICT Update N° 91

L’agriculture ACP de nouvelle génération - Les innovations qui marchent

ICT Update N° 90

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

ICT Update N° 89

Data4Ag - De nouvelles opportunités pour les petits exploitants

ICT Update N° 88

Libérer le potentiel de la blockchain pour l’agriculture

Tous les magazines