Leading image

Le mentorat, un coup de pouce aux jeunes entrepreneurs agricoles

Le mentorat par un professionnel des affaires peut faire la différence pour de jeunes agripreneurs en manque de repères.

© CTA

par

Une idée lumineuse d’agribusiness ? Comment la concrétiser ? Se faire aider et conseiller par quelqu’un qui est passé par là peut être très utile, en particulier pour les jeunes entrepreneurs peu aguerris.

Le mentorat, c’est-à-dire l’accompagnement par un professionnel ou par quelqu’un qui connaît, pour les avoir vécus, les problèmes qui peuvent se poser au moment de la création d’une entreprise, peut faire toute la différence entre la réussite et l’échec pour les jeunes entrepreneurs agricoles – souvent appelés « agripreneurs » –, en particulier dans les premiers temps.

Les participants à un atelier du CTA ont expliqué comment la supervision et l’accompagnement pouvaient aider les jeunes à acquérir les compétences requises pour créer et gérer un agribusiness rentable, susceptible de créer des emplois pour d’autres par la suite. Le soutien peut porter sur un large éventail de domaines, par exemple l’élaboration d’un business plan, le développement de produits, les aspects financiers et l’accès aux marchés.

« Lancer son entreprise peut être difficile. De nombreux jeunes ont de bonnes idées, mais il faut des compétences particulières pour transformer des idées en une entreprise viable », explique Tony Nsanganira, qui travaille au Ghana dans le cadre du programme de réduction de la pauvreté rurale de la FAO. Ce programme vise en particulier à promouvoir la création d’emplois décents en milieu rural pour les jeunes en Afrique grâce à l’agribusiness. « Il faut suivre une formation pour créer son entreprise, puis être régulièrement conseillé. Il faut non seulement aider les jeunes à gérer leur entreprise et leur trésorerie, mais également les exposer à la réalité des faits pour qu’ils puissent prendre leur envol », poursuit-il.

Des conseils pratiques pour des résultats concrets

Kenya

Au Kenya, des mentors professionnels ont aidé, dans le cadre du programme de la FAO, un groupe de jeunes femmes venant de créer leur entreprise d’agrotransformation à concevoir et à peaufiner leur business plan et à accéder au financement et aux marchés. Des conseils allant de la valorisation au conditionnement en passant par l’étiquetage de produits à base de fruits les ont aidées à développer un petit agribusiness rentable.

Fidji

Idéalement, l’accompagnement devrait se poursuivre, avec des objectifs à atteindre régulièrement, disent celles qui ont reçu cette aide. Litia Kirwin a bénéficié de plusieurs initiatives de mentorat, qui ont contribué à la création de son entreprise de développement durable, Loving Islands, aux Fidji. Cette entreprise vise à garantir que les petites communautés insulaires puissent commercialiser leurs produits, dont de l’huile biologique de noix de coco, des cosmétiques, des bougies et des tissus.

« Personnellement, j’ai trouvé que le mentorat était réellement important, en particulier à mes débuts, car il m’a aidé à valider mes choix. C’est extrêmement précieux d'être rassuré par des gens plus expérimentés », explique Kirwin. Son entreprise en est à sa deuxième année et a déjà embauché trois personnes, toutes jeunes, et Litia Kirwin est désormais le mentor d’un agripreneur fidjien, un étudiant qui essaie de créer une petite pépinière à Suva. Le réseau de producteurs The Loving Islands Farmer Enterprise (LIFE) organise des formations en agriculture biologique et apporte un soutien au développement commercial et à l’accès au marché dans les communautés insulaires rurales.

Un accompagnement de tous les instants

Kenya

Lilian Mabonga, directrice des programmes de la fondation kenyane Ustadi, qui tire son nom du mot « compétence » en swahili, distingue clairement la formation du mentorat. Cette ONG établie à Nairobi est axée sur le développement des capacités des jeunes et des femmes en milieu rural dans un éventail de chaînes de valeur agricole et propose du mentorat dans quatre domaines essentiels : la planification, le financement, le marketing et le service à la clientèle.

« De nombreux jeunes échouent lorsqu’ils créent leur entreprise parce qu’ils n’ont pas bénéficié de mentorat, mais uniquement de formations, explique Lilian Mabonga. La formation ne suffit jamais à elle seule. Il faut un suivi pratique aussi. » Lilian Mabonga tient à rendre visite aux jeunes agripreneurs dans leur magasin ou autre point de vente pour voir comment ils s’y prennent avec leurs clients. Elle les suit aussi lorsqu’ils développent leurs produits, du début à la fin. Grâce à cela, plusieurs milliers de jeunes entrepreneurs ont réussi à financer leur initiative d’agribusiness dans 23 comtés au Kenya, dans diverses filières, notamment le manioc, la noix de cajou, l'ananas et la volaille, ainsi que dans la production d’énergie à base de déchets.

Global African Agribusiness Accelerator Platform (GAAAP)

Le mentor peut être une personne plus âgée qui a une longue expérience, mais les jeunes entrepreneurs peuvent aussi avoir des connaissances précieuses à partager entre eux, selon Michael Sudarkasa, fondateur de la GAAAP, qui vise à aider des jeunes à créer leur agribusiness dans quatre pays d’Afrique.

« Je crois aux échanges intergénérationnels, mais aussi aux transferts de connaissances intragénérationnels, déclare Sudarkasa. Cela peut par exemple impliquer de réunir de jeunes agripreneurs de différentes régions d’Afrique, que ce soit par l’intermédiaire de Snapchat, d’Instagram ou de WhatsApp, pour qu’ils partagent des solutions qui se sont révélées efficaces », ajoute-t-il.

Lire la suite

par et

L'innovation est essentielle au succès de l'agriculture dans les pays en développement de la zone ACP. Actuellement, les opportunités – qu'elles soient numériques, techniques ou institutionnelles – se multiplient et encouragent une nouvelle génération de jeunes « agripreneurs » à s'attaquer aux défis du secteur agricole (résilience face au changement climatique, amélioration des moyens de subsistance, etc.).

par

L'avènement de l'ère numérique a ouvert un monde d'opportunités pour l'agriculture. Afin de déployer des technologies efficaces au profit des petits exploitants tout en avançant dans une logique de développement durable, les partenariats et investissements multisectoriels sont cependant essentiels, affirme Michael Hailu. Le directeur du CTA analyse, au cours de cet entretien, les enjeux actuels de la digitalisation dans le secteur.

par , et

Trois jeunes entrepreneurs travaillant dans le secteur de l’agriculture numérique ont appris à leurs dépens que l’offre de solutions technologiques aux petits exploitants agricoles d’Afrique peut se heurter à des obstacles particuliers. Dans cet article, ils partagent quelques-unes de leurs observations et recommandations, et présentent notamment une « stratégie de survie », essentielle selon eux au succès : se diversifier pour ne pas disparaître.

par et

L'agriculture biologique représente une opportunité pour les productrices dans les pays ACP. En effet, elle leur permet d'accéder à des marchés de niche, au niveau mondial, et d'y écouler des produits à forte valeur ajoutée. Amélioration des conditions de vie, levier pour faire évoluer les pratiques au niveau local, impact positif sur l'environnement : deux exemples, aux Samoa et en Jamaïque, vont venir illustrer le potentiel et les séduisants résultats de ces méthodes novatrices.

par et

En matière d'agriculture intelligence face au climat (AIC), l'expérience nous a appris une chose : les services verts, lorsqu’ils sont fournis de manière isolée, sont inefficaces et produisent des résultats très décevants. En revanche, quand ils sont regroupés dans des « forfaits » adaptés aux besoins des agriculteurs, ils favorisent davantage l'adoption de pratiques climato-intelligentes. Plusieurs exemples, tirés de projets initiés par le CTA, viennent appuyer ces observations.

par et

A la faveur d'investissements climato-intelligents à impact, le secteur privé entend combler les insuffisances de financement du développement agricole. Son but ? Atteindre les objectifs de développement durable tout en soutenant une nouvelle manière de créer et de partager la richesse.

Derniers numéros

ICT Update N° 91

L’agriculture ACP de nouvelle génération - Les innovations qui marchent

ICT Update N° 90

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

ICT Update N° 89

Data4Ag - De nouvelles opportunités pour les petits exploitants

ICT Update N° 88

Libérer le potentiel de la blockchain pour l’agriculture

ICT Update N° 87

Données météorologiques pour l'agriculture

Tous les magazines