Le regroupement, une clé pour l’accès aux marchés et aux services de soutien

 
par

L'agriculture est à nouveau érigée au rang de priorité dans les programmes de développement en Afrique. A ce titre, elle bénéficie du soutien des gouvernements et aimante les investissements du secteur privé. Toutefois, beaucoup de petits exploitants, qui sont pourtant des maillons essentiels dans la transformation actuelle du secteur, ne parviennent pas à en profiter. La cause ? Ils souffrent de leur dispersion, de la trop petite taille des exploitations et d'un manque cruel d'organisation.

 Pour Norbert Tuyishime, de la Fédération des agriculteurs d'Afrique de l'Est (EAFF, Eastern Africa Farmers Federation), la solution pourrait dès lors venir du regroupement des agriculteurs.

L'agriculture à petite échelle est largement majoritaire en Afrique de l'Est : la taille des exploitations se situe entre 0,2 à 3 ha et 60 % des producteurs gagnent moins de 1,5 € par jour. En outre, les volumes d'engrais utilisés sont très faibles avec une moyenne de 1,7 kg/0,5 ha contre 60 kg/0,5 ha dans le monde. En conséquence, les récoltes dépendent largement des précipitations naturelles et se trouvent de facto vulnérables aux sécheresses qui frappent régulièrement la région. Les difficultés sont croissantes pour des agriculteurs chargés de nourrir une population en constante augmentation et de plus en plus urbanisée. Aujourd'hui, s'ils ne se regroupent pas pour accéder aux marchés (intrants et produits agricoles) et aux services (vulgarisation, crédit, transport, mécanisation et stockage), ils ne peuvent commercialiser efficacement leur production. Emplois, revenus, moyens de subsistance, c'est alors tout leur écosystème qui se trouve menacé.

Regroupement pour l’accès collectif aux marchés

Trop dispersés, les petits exploitants ne recourent pas suffisamment à l’action collective pour renforcer leur position sur les marchés agricoles. L'agriculture est néanmoins un secteur à haut risque et il devient difficile pour les acteurs de la chaîne de valeur de travailler avec des producteurs individuels. Ces derniers ont ainsi besoin de se regrouper afin de créer un environnement favorable dans lequel ils pourront espérer prospérer. Les avantages sont potentiellement nombreux : mise en place d'une offre de services et de vulgarisation plus efficaces, transition facilitée vers la technologie et la mécanisation, achat d'intrants à des prix plus favorables et amélioration de la compétitivité sur les marchés agricoles. D'autre part, des données agricoles sont requises pour optimiser l'investissement et l'innovation : technologies, financements, valorisation, politiques et services de conseil font partie des champs concernés. Actuellement, les profils d'exploitants, très lacunaires, comportent seulement des informations élémentaires d'ordre biographique, quand ils existent. L'EAFF a identifié la nécessité de combler ce manque en établissant des bases de données historiques sur les exploitations et des profils de solvabilité qui inciteront davantage les banques à accorder des prêts aux agriculteurs.

Depuis 2013, l'EAFF a changé de ligne directrice. Auparavant spécialisée dans le lobbying et le plaidoyer, la fédération se concentre aujourd'hui sur l'inclusion des agriculteurs dans des chaînes de valeur profitables grâce à un entrepreneuriat dynamique. Impliquée dans le développement de la connaissance, des pratiques institutionnelles, des politiques, des partenariats et de la jeunesse, l'EAFF a fait de la révolution numérique – qui redessine les relations de pouvoir entre les acteurs de la chaîne de valeur dans l'agriculture – le principal levier de sa stratégie. C'est dans ce cadre qu'elle a lancé le projet e-Granary au Kenya, en 2016, en partenariat avec la PAFO (Pan African Farmers Organisation, Organisation panafricaine des agriculteurs), AgriCord et le CTA.

E-Granary est une plateforme mobile qui propose un service quatre en un ayant pour objectif de faciliter l'accès des agriculteurs aux marchés (intrants et produits agricoles) et aux services (financiers et vulgarisation en ligne). Elle permet aux producteurs de se regrouper dans les filières du maïs, du riz, des haricots, des haricots mungo, du niébé et du soja. Pour accéder à la plateforme, les exploitants doivent être membres d'une organisation paysanne et fournir des renseignements personnels, mais aussi des informations précises sur leurs cultures et récoltes. Un écosystème prend peu à peu forme, dont les services connectés profitent à différents acteurs :

  • les agriculteurs, qui bénéficient de meilleurs prix de vente et de l'accès à des intrants certifiés, à des solutions financières adaptées et abordables, ainsi qu’à des services de vulgarisation en ligne relatifs à l'agronomie, la gestion post-récolte et l'éducation financière ;
  • les institutions financières, qui peuvent commercialiser leurs produits – comme une assurance combinée à un prêt p. ex. – auprès de petits exploitants solvables et ne présentant donc pas de risques ;
  • les acheteurs, enfin, qui accèdent à des produits traçables et de meilleure qualité, sur un marché élargi et à des prix compétitifs, sans les taxes exorbitantes exigées par les intermédiaires.

L'offre d'e-Granary est très étoffée et propose de nombreux services à ses membres : achat groupé d’intrants agricoles, groupes d’apprentissage, microfinance et micro-assurance, politique et plaidoyer, coordination de l’agriculture contractuelle avec des meuniers et des acheteurs, coordination de services post-récolte, coordination de la location de matériel et outils agricoles, et services de vulgarisation en ligne sur la gestion des récoltes.

Une prise de conscience est en cours dans le monde agricole et le succès d'e-Granary se traduit par les chiffres : en 2018, 103 000 exploitants étaient enregistrés sur la plateforme, contre seulement 39 000 l'année précédente et 5 000 il y a deux ans. De plus, 3 000 « formateurs de formateurs » ont été formés dans le cadre du projet, sur différentes thématiques (agronomie, éducation financière, vulgarisation), et le prochain objectif est de toucher 20 000 agriculteurs d'ici la fin de l'année 2018, en les sensibilisant à l'aide de SMS et de messages vocaux envoyés à différents moments de la saison. Enfin, en 2017, la plateforme a soutenu 3 627 exploitants dans l'obtention de prêts sous forme d'intrants certifiés (semences et engrais), à hauteur de 136 036 €. Au total, les agriculteurs utilisant e-Granary ont vendu, collectivement, 316 t de maïs et de soja pour un montant de 77 141 €.

Passer un nouveau cap en basculant vers des services à l'échelle

L’agrégation des besoins des petits agriculteurs et des données les concernant est essentielle pour renforcer leur position sur les marchés. Les exploitants doivent également pouvoir accéder à des sources de financement afin de se procurer des intrants. Au cas contraire, ils se trouvent contraints de recycler les semences, d'avoir recours à moins d'engrais et ne peuvent que rarement utiliser les quantités suffisantes de produits chimiques pour protéger efficacement leurs cultures et accroître leur production. Le prêt d'intrants – semences, engrais, assurances – se révèle être le modèle de financement le plus efficace pour les petits agriculteurs. L'expérience e-Granary a d'ailleurs montré que les souscriptions à des produits d'assurance augmentaient dès lors qu'elles étaient combinées avec des prêts d'intrants dans une formule.

Les agriculteurs de la région, inquiets quant au changement climatique comme à l'accès aux marchés et aux intrants certifiés, dévoilent une volonté affirmée d'intégrer le projet e-Granary : en 2019, la plateforme espère ainsi attirer 340 000 exploitants. 150 000 d'entre eux bénéficieront de services de vulgarisation en ligne qui leur permettront d'obtenir des informations en temps réel, et donc un outil pour anticiper les risques et réduire les pertes. L’objectif est que 10 % des membres deviennent des utilisateurs actifs de prêts, à hauteur de 879 000 €. Les seuils à atteindre pour le volume et la valeur des ventes ont eux été fixés respectivement à 1 000 t et 1,3 million €. L’EAFF lancera e-Granary en Ouganda et au Rwanda d’ici fin 2018, puis en Tanzanie dans un avenir proche.

Le déploiement à grande échelle de la plateforme est en cours mais les capacités limitées des petits exploitants demeurent une barrière qu'il faudra surmonter. Un travail de renforcement des compétences devra être mené sur les terrains de la commercialisation collective, de l'agriculture contractuelle, de la gestion financière ou de l'utilisation de solutions technologiques innovantes. C'est à cette condition seulement qu'ils pourront réellement bénéficier de la transformation numérique de l'agriculture en Afrique.

Lire la suite

par , , et

La planète comptera 9 milliards d'habitants en 2050. Pour nourrir ces personnes, les défis à relever s'annoncent nombreux. Il sera nécessaire de maintenir une croissance durable dans l'agriculture afin de produire suffisamment d'aliments, tout en travaillant sur les problématiques d'inclusion, de résilience et d'optimisation des ressources numériques. Dans cette optique, les petits exploitants auront un rôle clé à jouer.

Les petits exploitants isolés d’Afrique subsaharienne sont menacés d’exclusion sociale et économique. Aujourd'hui, il existe cependant des solutions : l’innovation numérique et un environnement politique favorable peuvent les aider à sortir de la pauvreté. Pour la Confédération des syndicats agricoles d’Afrique australe (SACAU, Southern African Confederation of Agricultural Unions), la clé du changement réside dans les organisations paysannes.

par

Un projet de profilage numérique agricole est en train de porter ses fruits pour les petits cultivateurs de café en Ouganda. Ce système innovant garantit l'origine du café et leur permet ainsi de vendre leur production à des prix plus élevés. David Muwonge nous décrit cette expérience qui illustre parfaitement le potentiel du géoréférencement comme levier marketing de premier plan.

par

L'agriculture est à nouveau érigée au rang de priorité dans les programmes de développement en Afrique. A ce titre, elle bénéficie du soutien des gouvernements et aimante les investissements du secteur privé. Toutefois, beaucoup de petits exploitants, qui sont pourtant des maillons essentiels dans la transformation actuelle du secteur, ne parviennent pas à en profiter. La cause ? Ils souffrent de leur dispersion, de la trop petite taille des exploitations et d'un manque cruel d'organisation.

par et

Une agriculture guidée par les données pour faciliter l'accès des petits exploitants camerounais au marché ? C'est l'idée mise en exergue par Marc Ghislain Bappa Se et Nestor Ngouambe en prenant pour exemple le projet PIDMA (Projet d'investissement et de développement des marchés agricoles). Selon eux, il est aujourd'hui essentiel de renforcer la capacité des organisations paysannes à exploiter efficacement les informations à disposition afin que les agriculteurs puissent réellement tirer profit de la « chaîne de valeur des données 

par

Comment faire en sorte que la sécheresse ne soit plus une catastrophe pour les petits exploitants agricoles d’Afrique, mais plutôt un risque qu’ils peuvent gérer ? En leur proposant par exemple des produits d’assurance indicielle abordables reposant sur des données satellitaires. Le principe est simple : les conditions climatiques font l’objet d’un suivi en quasi-temps réel et lorsque l’évapotranspiration descend sous un certain seuil, le paiement d’une indemnité est déclenché automatiquement.

par

En Ouganda, un système de gestion basé sur les données spatiales a été conçu pour établir le profil des producteurs de thé et cartographier les parcelles d’Igara Tea Growers Factory (IGTF). Cette initiative, qui a ouvert l'accès des exploitants aux services financiers tout en améliorant le taux de remboursement des emprunts contractés pour l’achat d’intrants, a eu deux effets immédiats : une hausse de la productivité et une diminution radicale de la vente parallèle.

par , , et

L’Afrique est confrontée à une crise de la fertilité des sols de plus en plus sérieuse. Sans une action d'envergure et rapide, le continent va continuer à perdre 3,5 milliards € en nutriments chaque année. Pour lutter contre ce phénomène tout en améliorant la productivité, une fertilisation équilibrée est nécessaire. Comment y parvenir ? L'utilisation de scanners pour sols, qui envoient des recommandations en temps réel aux agriculteurs, pourrait être une partie de la solution.

par , et

L'élevage pastoral est prédominant dans les terres reculées arides et semi-arides du nord du Kenya, des zones constamment menacées par des périodes de sécheresse prolongée. Réduction de cheptel, repeuplement et déplacement des troupeaux sont le quotidien d'éleveurs qui s'adaptent en permanence. En période de crise, ils se trouvent cependant souvent contraints de vendre leur bétail à bas prix.

Derniers numéros

ICT Update N° 90

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

ICT Update N° 89

Data4Ag - De nouvelles opportunités pour les petits exploitants

ICT Update N° 88

Libérer le potentiel de la blockchain pour l’agriculture

ICT Update N° 87

Données météorologiques pour l'agriculture

ICT Update N° 86

L’agriculture de précision pour les petits agriculteurs

Tous les magazines