Leading image

Renforcer la résilience des éleveurs pastoraux en Afrique de l’Est

par , et

L'élevage pastoral est prédominant dans les terres reculées arides et semi-arides du nord du Kenya, des zones constamment menacées par des périodes de sécheresse prolongée. Réduction de cheptel, repeuplement et déplacement des troupeaux sont le quotidien d'éleveurs qui s'adaptent en permanence. En période de crise, ils se trouvent cependant souvent contraints de vendre leur bétail à bas prix.

Dans ce contexte, l'accès à l'information devient vital pour les communautés pastorales afin d'anticiper et de prendre les bonnes décisions, tout en contrôlant efficacement les risques.

Les sécheresses interminables, provoquées par les changements et la variabilité climatiques, menacent un nombre significatif d’éleveurs d’Afrique de l’Est et de la Grande Corne de l’Afrique. Les retombées peuvent être désastreuses : épuisement et mortalité élevée du bétail, vente des têtes à prix réduit, amenuisement des réserves en eau et en fourrage. De plus, face à la pression démographique et l'évolution des réglementations foncières, la capacité d'adaptation et la résilience traditionnelles des communautés nomades ne suffisent plus. Des conflits persistants entre les éleveurs, liés à la pénurie de ressources vitales comme l'eau ou aux incidences des maladies, affectent les chaînes de valeur de l'élevage. Le bétail demeure l'actif le plus précieux de ces groupes pastoraux. Dès lors, toute menace pesant sur celui-ci peut avoir des conséquences potentiellement catastrophiques.

C’est dans ce contexte que le CTA, en partenariat avec Amfratech Ltd (principal fournisseur de services de conseil et de technologie en Afrique de l’Est) et aWhere Inc. (société américaine de collecte et d’analyse de données pour la diffusion de l’information dans le secteur agricole), a conçu le projet CLI-MARK (Climate, Livestock and Markets).

Cette initiative a pour objectif d’améliorer la résilience des éleveurs pastoraux en renforçant leur capacité d’adaptation. Comment y parvenir ? Le déploiement d'un système hybride de gestion de l’information météorologique (composé d'une application mobile intuitive, Agri-weather, et d'un tableau de bord) est un bon exemple. Durant la phase pilote, qui se déroulera entre décembre 2018 et mars 2019, 200 éleveurs originaires des comtés de Marsabit et Isiolo, au Kenya, recevront gratuitement chaque semaine des informations météorologiques par SMS. Le service sera également accessible à d'autres acteurs de la région via le tableau de bord et l'application.

Des données pour la résilience

Le projet CLI-MARK s'attaque à plusieurs défis importants en matière de diffusion de l'information tout au long de la chaîne de valeur de l’élevage en Afrique de l’Est. Son action cible notamment le manque de renseignements agrométéorologiques géolocalisés et en temps réel sur l’état des fourrages et des pâturages. Ces insuffisances affectent les communautés pastorales dans les décisions liées à leur activité (où, quand, combien d'animaux ?) et entraînent des répercussions en cascade sur les autres maillons de la chaîne de valeur. Un exemple : les déplacements non planifiés d'animaux pour répondre à des besoins à court terme peuvent engendrer une vente des têtes au rabais et donc des pertes économiques à long terme. Pour éviter ce type d'engrenage, l'accès à l'information devient primordial. Une meilleure connaissance des conditions météorologiques à court terme permet en effet d'anticiper, de formuler des recommandations en amont et d'aider ainsi les éleveurs à préserver leurs moyens de subsistance sur le temps long.

Dans l'optique de la phase pilote, Amfratech a conçu un service d’information météorologique hybride basé sur le cloud, qui comprend un tableau de bord, une application mobile et un service d’abonnement par SMS. De son côté, aWhere Inc. alimente le système avec des données en quasi-temps réel grâce à l'intégration d’une interface de programmation d’application (API, Application Programming Interface). Ces informations sont ensuite analysées par des agroclimatologues expérimentés puis codées dans un format granulaire. Les éleveurs peuvent les consulter par l'intermédiaire d'un téléphone mobile ou d'un ordinateur avec le tableau de bord mis en ligne. La mission des agroclimatologues consiste à développer des indicateurs météorologiques permettant d’émettre des alertes précoces en cas de sécheresse, et de s’assurer que ces informations parviennent aux acteurs concernés – éleveurs, gouvernement du comté, agences d’assurance, ONG, etc. – afin qu’ils puissent réagir rapidement. Ce système d’alerte précoce est élaboré sur la base des conditions météorologiques (indicateur principal), de l’état des pâturages, des prix du marché et des indicateurs de santé humaine. Différents types de données doivent donc être récoltées : météorologiques, (température, précipitations, évapotranspiration potentielle [ETP], humidité et vent), agricoles (cultures, pâturages), économiques (marchés) et anthropométriques. Le système permet de transmettre aux éleveurs des conseils pratiques sur la logistique (horaires idéaux pour les livraisons de foin et d'eau), la nécessité de réduire le cheptel, celle d’éviter les conflits liés aux ressources entre les communautés ou encore le meilleur moment pour souscrire une assurance bétail.

Dans un souci d'efficacité, CLI-MARK s'est basé sur la mesure quantitative développée par Wayne Palmer (1960) pour élaborer son système d'alerte précoce. L’indice de Palmer est supérieur à bien des égards aux autres indices de sécheresse car il tient compte non seulement des précipitations totales, mais aussi de la température, de l’évapotranspiration, du ruissellement et de la recharge du sol.

L’équipe d’agroclimatologie du projet a conçu les alertes en se fondant sur une classification de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et s'est reposée sur les indices suivants pour assurer la convergence des données probantes :

  • précipitations cumulatives entraînant des pluies pendant la période de croissance, en les comparant aux précipitations cumulatives normales ;
  • indice de précipitations standard pour tout lieu, basé sur l’enregistrement des précipitations à long terme sur une période donnée ;
  • indice de sécheresse fournissant une mesure de l'impact des précipitations réelles sur les cultures et pâturages en comparaison aux précipitations attendues ;
  • indice de disponibilité de l’humidité, qui est une mesure du rapport des précipitations sur l’évapotranspiration (ET), compte tenu des besoins d’évaporation du sol et de la végétation.

Système d’information météorologique basé sur le cloud

A partir des enseignements tirés de la phase pilote, le système sera perfectionné. L’équipe CLI-MARK s’est engagée auprès de l’Autorité nationale kényane de gestion de la sécheresse (NDMA, Kenya National Drought Management Authority) sur ce projet qui pourrait être étendu à d’autres comtés du pays. La NDMA, agence gouvernementale, est chargée de trouver les solutions pour éviter les situations d’urgence liées à la sécheresse, tout en réfléchissant aux moyens d’atténuer les effets du changement climatique.

Déployé dans d’autres pays de la Corne de l’Afrique confrontés à des défis climatiques similaires, comme l’Éthiopie, la Somalie ou Djibouti, ce service représente une aide potentielle pour 20 millions d’éleveurs. Les données météorologiques collectées par aWhere pourraient en outre être personnalisées afin d'offrir des conseils pratiques sur les cultures aux exploitants. Ces services contribueraient à stabiliser la production agricole et, au-delà, à mieux appréhender l’intérêt d'un usage intelligent de l'information.

Le système évoqué n'est qu'une pièce dans un projet plus large destiné à améliorer la résilience des éleveurs. CLI-MARK travaille également à la démocratisation de l’assurance sur le bétail ou au développement d'activités d’élevage pour stimuler les marchés, le commerce et les entreprises du secteur au bénéfice des femmes et des jeunes.

Le tableau de bord météorologique est accessible via le web sur www.climark.org et s’adresse aux acteurs des régions concernées par le projet ayant un accès convenable à Internet. Y figurent la NDMA, les gouvernements des comtés de Marsabit et d’Isiolo, les prestataires de services d’assurance et les organisations non gouvernementales, qui sont les moteurs des politiques de résilience au sein de la population cible.

Ces acteurs peuvent également consulter ces informations agrométéorologiques via l’application mobile MyAnga, disponible sur Google Play pour les appareils Android. MyAnga signifie Ma Météo en swahili, un nom particulièrement évocateur.

Enfin, les éleveurs locaux ont la possibilité d'accéder à des données météorologiques par l'intermédiaire du service SMS. Un code abrégé leur permet de recevoir chaque semaine des informations agrométéorologiques granulaires en anglais, en swahili et dans la langue locale de leur choix (Borana/Gabra, Samburu et Rendille).

Lire la suite

par , , et

La planète comptera 9 milliards d'habitants en 2050. Pour nourrir ces personnes, les défis à relever s'annoncent nombreux. Il sera nécessaire de maintenir une croissance durable dans l'agriculture afin de produire suffisamment d'aliments, tout en travaillant sur les problématiques d'inclusion, de résilience et d'optimisation des ressources numériques. Dans cette optique, les petits exploitants auront un rôle clé à jouer.

Les petits exploitants isolés d’Afrique subsaharienne sont menacés d’exclusion sociale et économique. Aujourd'hui, il existe cependant des solutions : l’innovation numérique et un environnement politique favorable peuvent les aider à sortir de la pauvreté. Pour la Confédération des syndicats agricoles d’Afrique australe (SACAU, Southern African Confederation of Agricultural Unions), la clé du changement réside dans les organisations paysannes.

par

Un projet de profilage numérique agricole est en train de porter ses fruits pour les petits cultivateurs de café en Ouganda. Ce système innovant garantit l'origine du café et leur permet ainsi de vendre leur production à des prix plus élevés. David Muwonge nous décrit cette expérience qui illustre parfaitement le potentiel du géoréférencement comme levier marketing de premier plan.

par

L'agriculture est à nouveau érigée au rang de priorité dans les programmes de développement en Afrique. A ce titre, elle bénéficie du soutien des gouvernements et aimante les investissements du secteur privé. Toutefois, beaucoup de petits exploitants, qui sont pourtant des maillons essentiels dans la transformation actuelle du secteur, ne parviennent pas à en profiter. La cause ? Ils souffrent de leur dispersion, de la trop petite taille des exploitations et d'un manque cruel d'organisation.

par et

Une agriculture guidée par les données pour faciliter l'accès des petits exploitants camerounais au marché ? C'est l'idée mise en exergue par Marc Ghislain Bappa Se et Nestor Ngouambe en prenant pour exemple le projet PIDMA (Projet d'investissement et de développement des marchés agricoles). Selon eux, il est aujourd'hui essentiel de renforcer la capacité des organisations paysannes à exploiter efficacement les informations à disposition afin que les agriculteurs puissent réellement tirer profit de la « chaîne de valeur des données 

par

Comment faire en sorte que la sécheresse ne soit plus une catastrophe pour les petits exploitants agricoles d’Afrique, mais plutôt un risque qu’ils peuvent gérer ? En leur proposant par exemple des produits d’assurance indicielle abordables reposant sur des données satellitaires. Le principe est simple : les conditions climatiques font l’objet d’un suivi en quasi-temps réel et lorsque l’évapotranspiration descend sous un certain seuil, le paiement d’une indemnité est déclenché automatiquement.

par

En Ouganda, un système de gestion basé sur les données spatiales a été conçu pour établir le profil des producteurs de thé et cartographier les parcelles d’Igara Tea Growers Factory (IGTF). Cette initiative, qui a ouvert l'accès des exploitants aux services financiers tout en améliorant le taux de remboursement des emprunts contractés pour l’achat d’intrants, a eu deux effets immédiats : une hausse de la productivité et une diminution radicale de la vente parallèle.

par , , et

L’Afrique est confrontée à une crise de la fertilité des sols de plus en plus sérieuse. Sans une action d'envergure et rapide, le continent va continuer à perdre 3,5 milliards € en nutriments chaque année. Pour lutter contre ce phénomène tout en améliorant la productivité, une fertilisation équilibrée est nécessaire. Comment y parvenir ? L'utilisation de scanners pour sols, qui envoient des recommandations en temps réel aux agriculteurs, pourrait être une partie de la solution.

par , et

L'élevage pastoral est prédominant dans les terres reculées arides et semi-arides du nord du Kenya, des zones constamment menacées par des périodes de sécheresse prolongée. Réduction de cheptel, repeuplement et déplacement des troupeaux sont le quotidien d'éleveurs qui s'adaptent en permanence. En période de crise, ils se trouvent cependant souvent contraints de vendre leur bétail à bas prix.

Derniers numéros

ICT Update N° 90

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

ICT Update N° 89

Data4Ag - De nouvelles opportunités pour les petits exploitants

ICT Update N° 88

Libérer le potentiel de la blockchain pour l’agriculture

ICT Update N° 87

Données météorologiques pour l'agriculture

ICT Update N° 86

L’agriculture de précision pour les petits agriculteurs

Tous les magazines