Leading image

Services financiers pour l’agriculture familiale

Services financiers pour l’agriculture familiale

Comment les associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) soutiennent-elles l’agriculture familiale ?

L’Ouganda compte plus d’un million de membres d’associations AVEC et la majorité d’entre eux vit en milieu rural où l’agriculture est la principale source de revenus. Pendant toute la durée du cycle agricole, les AVEC se réunissent sur une base hebdomadaire pour épargner et contracter des emprunts portant intérêt. Les membres peuvent ainsi avoir accès au crédit, ce qui leur permet d’acheter des intrants tout au long du cycle, et ils disposent d’un endroit pour déposer leurs économies et même faire des économies supplémentaires en prêtant de l’argent à d’autres membres. Au terme d’un cycle, on procède à la répartition des gains : les membres de l’association récupèrent leurs économies et leur part des profits réalisés sur les emprunts contractés. Cette injection de capital peut également soutenir les efforts des exploitants familiaux pour financer l’achat de bétail, d’équipement agricole et d’intrants sans recours au crédit et parfois à plus grande échelle qu’un emprunt à moyen terme ne le permettrait. Le groupe peut également fournir un véhicule pour l’achat de biens communautaires plus importants : certains groupes investissent dans la machinerie qui pourra être utilisée par les membres ou louée à d’autres membres de la communauté pour générer un revenu supplémentaire.

Quelles sont les technologies utilisées par les AVEC pour soutenir l’agriculture familiale ?

Les AVEC ont adopté une méthode traditionnelle qui consiste à tenir une comptabilité sur support papier et à stocker les liquidités (des sommes recouvrées et non pas prêtées) dans une boîte métallique protégée par trois cadenas dont trois membres possèdent chacun une clé différente. La Fondation Grameen collabore avec la banque Barclays et l’association CARE pour trouver des façons d’introduire des outils technologiques dans les AVEC qui pourront améliorer leur accès aux services financiers. Cette collaboration a abouti au développement d’une application pour smartphones, le module « Ledger Link »(registre en lien avec le registre central), qui permet d’enregistrer les réunions des AVEC et d’en transmettre les données à la banque où elles seront conservées en toute sécurité. Ces données financières précieuses ne sont plus exposées au risque d’être perdues en cas de vol ou de destruction de la boîte métallique dans laquelle le groupe stocke son registre de comptabilité sur support papier. Le fait de transmettre des données à une banque a également comme conséquence que les AVEC établissent des antécédents de crédit qui pourront être pris en compte pour prendre des décisions lors des futures demandes de prêt. Ceci pourrait permettre aux groupes très performants d’avoir accès à des fonds dès le début d’un cycle, à un moment où les contributions des membres sont au plus faible, mais où la demande de prêts, souvent motivée par les saisons de plantation, existe. Ces antécédents de crédit pourraient également aider les particuliers qui envisagent de demander un crédit pour soutenir leurs activités agricoles. La Fondation Grameen collabore également avec Airtel au développement d’un nouveau type de portefeuille mobile. Il permettra à ces associations de stocker de l’argent en toute sécurité dans un portefeuille de groupe protégé par 3 codes (PIN) (un peu comme le principe des trois cadenas). Les AVEC ayant des comptes bancaires pourront déposer et retirer de l’argent de ces comptes, ce qui réduit sensiblement les coûts, le temps et les risques associés au transport physique des liquidités à la banque. Ce produit sera également offert aux groupes qui ont ouvert un compte auprès de la banque Barclays.

Quelles TIC ont contribué à l’amélioration du fonctionnement des AVEC ?

Actuellement, les TIC ne remportent qu’un succès mitigé auprès des AVEC ougandaises. On s’est concentré sur la formation en culture financière et en résolution de conflits de quelques groupes qu’on a ensuite connectés à des banques comme la Barclays. L’application Ledger Link pour smartphones, élaborée par la Fondation Grameen et la banque Barclays, ainsi que le portefeuille de groupe créé par Airtel sont de nouvelles utilisations des TIC destinées aux AVEC. Leur développement a été fortement axé sur la recherche pour mieux cerner les usagers et un processus itératif garantit que les produits sont en phase avec les besoins des groupes et de leurs membres. Les premiers projets pilotes et prototypes ont produit de bons résultats et l’application pour smartphones a démontré sa capacité à réduire les erreurs dans la comptabilité et même à détecter les cas de fraude. Elle devrait favoriser le développement des groupes sur le long terme et renforcer la dynamique positive des AVEC, grâce à la bonne gestion des risques. Le portefeuille mobile de groupe devrait aussi réduire les cas de fraude, ainsi que les frais et les risques associés au fait de garder des liquidités dans une boîte métallique au sein de la communauté puis de les déposer physiquement dans une banque.

Les TIC peuvent-elles permettre aux AVEC d’offrir d’autres services financiers (assurances-récoltes et bétail , etc.) ?

Nous espérons développer des solutions plus accessibles et faciles à utiliser. Ceci devrait permettre de surmonter les réticences par rapport à ces deux développements de TIC et contribuer à ouvrir la voie à de nouveaux produits et services ciblant ces groupes lorsqu’ils se seront familiarisés avec ce type de TIC et auront été formés à les utiliser. La collaboration avec le secteur privé devrait mettre en évidence le potentiel des autres services financiers à développer.. Les possibilités de mise en marché de produits d’assurance et de produits facilitant les transactions scripturales destinés aux membres des AVEC sont des exemples de services qui sont à l’étude.

Quelles sont les contraintes liées à l’utilisation, par les AVEC, d’outils technologiques, en particulier de nouveaux outils des TIC, pour offrir des services financiers aux exploitants familiaux ?

Le coût des équipements est une contrainte certaine, qu’il s’agisse du coût des téléphones de base pour les services d’argent via téléphone portable ou de celui des smartphones pour l’utilisation de produits plus sophistiqués, comme l’application de collecte de données. Il est aussi impératif de former les utilisateurs aux nouvelles technologies et aux nouveaux processus, ce qui peut s’avérer complexe d’un point de vue logistique et cher, compte tenu du fait que les associations sont géographiquement dispersées. Les caractéristiques démographiques montrent que ces groupes affichent souvent de faibles niveaux d’instruction, ce qui est problématique tant pour la formation que pour l’information.

De quelle manière peut-on dépasser ces contraintes ?

Le fait de fournir des solutions en matière de TIC nécessitant des équipements à un groupe plutôt qu’à un particulier en réduit déjà le coût. Le fait de fractionner ce coût entre les différents membres du groupe rend l’acquisition plus abordable : un smartphone à 100 USD acheté par 30 personnes ne coûte plus que 3,33 USD par personne. Trouver des manières de subventionner le coût des équipements ou de l’étaler dans le temps pourrait également contribuer à surmonter les réticences. Enfin, si les équipements peuvent être utilisés pour générer d’autres flux de revenus, la motivation s’en trouve renforcée. L’expérience de la Fondation Grameen a montré que lorsqu’une formation a été fournie et que les produits ont été développés en adoptant une approche solide fondée sur la recherche, les utilisateurs pouvaient apprendre à utiliser un nouvel outil relativement rapidement. Il importe également d’adopter une approche qui soit adaptée aux besoins des utilisateurs et de faire en sorte que les avantages qu’ils peuvent en retirer leur soient expliqués de manière à ce qu’ils se sentent concernés et qu’ils la comprennent aisément. On pourra, par exemple, expliquer qu’en utilisant le portefeuille de groupe, ils économisent le temps et l’argent du voyage à la banque pour faire un dépôt, du temps et de l’argent qu’ils pourront consacrer aux activités agricoles.

À l’avenir, de quelle manière les TIC pourront-elles améliorer les services offerts par les AVEC ?

À la Fondation Grameen, nous sommes convaincus qu’il existe de nombreuses possibilités d’utiliser les TIC pour permettre aux membres d’AVEC d’améliorer leur culture financière. Les TIC offrent un moyen relativement économique de servir un grand nombre de personnes et le regroupement de personnes au sein d’AVEC appuie cette idée.

L’instrument de collecte de données et le portefeuille de groupe sont actuellement en phase finale d’essai et vont être lancés fin 2014. Le succès de ces produits auprès de ce groupe de consommateurs pourrait bien ouvrir la voie à de nombreux autres solutions en matière de TIC qui pourront cibler les AVEC et, donc, les exploitants familiaux.

Lire la suite

Derniers numéros

ICT Update N° 91

L’agriculture ACP de nouvelle génération - Les innovations qui marchent

ICT Update N° 90

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

ICT Update N° 89

Data4Ag - De nouvelles opportunités pour les petits exploitants

ICT Update N° 88

Libérer le potentiel de la blockchain pour l’agriculture

ICT Update N° 87

Données météorologiques pour l'agriculture

Tous les magazines