Économies insulaires et e-résilience

Un débat virtuel est consacré à l’usage du portable et aux changements induits par l’amélioration rapide de l’accès à Internet dans la région Pacifique.

Lorsque les voyageurs internationaux arrivent à Nadi Airport, aux Fidji, ils sont souvent surpris d’apprendre que la capitale Suva est encore à trois heures de trajet. Ils le sont plus encore s’ils comptaient se rendre dans une des 300 autres îles de l’archipel ou l’un des 15 autres pays de l’océan Pacifique. Les déplacements entre îles du Pacifique se font généralement en ferry, en petit bateau ou en petit avion. Il faut en général deux jours à un ferry pour relier les îles d’un seul État du Pacifique, voire plus par mauvais temps.

Cette anecdote illustre les opportunités et les enjeux des TIC et des réseaux sociaux dans le Pacifique. Les opportunités qui vont normalement de pair avec la technologie moderne sont entravées par des infrastructures internes dépassées, en mal d’investissement, et par la distance entre les îles. Ce qui est vrai pour les voyageurs l’est également pour les TIC dans l’océan Pacifique.