Leading image

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

Ce numéro est le fruit de la collaboration de deux jeunes femmes, l’une étant affiliée au CTA et l’autre à l’ACP YPN. Il est consacré aux trois catégories de femmes que nous avons identifiées : les « facilitatrices », les « utilisatrices » et les « femmes à la tête d’entreprises dans le secteur des TIC ».

Dans ce numéro

Combler le gap entre les femmes et l’agriculture digitale

La présence des femmes dans l’agriculture est une réalité statistique. Les études montrent qu’elles représentent aujourd’hui 40 % de la main-d’œuvre du secteur dans les pays ACP. Bien que leur contribution soit essentielle au développement de l’économie rurale et de la numérisation, l’écart entre les sexes continue à se creuser sur les TIC. Les agricultrices éprouvent des difficultés à accéder à l’information, aux produits et services financiers ainsi qu’aux marchés. De plus, elles sont souvent tenues à l’écart de l’élaboration des politiques.

par

Brastorne Enterprises, entreprise possédée par des jeunes et dirigée par des femmes, travaille au développement de solutions efficaces et adaptées pour le marché africain. Son objectif est d’offrir l’équité des chances aux communautés rurales et mal desservies. La cofondatrice, Naledi Magowe, très impliquée dans la réduction de la fracture numérique en milieu rural, a gagné une reconnaissance internationale grâce à son projet mAgri et sa première place au concours Pitch AgriHack du CTA en 2016.

par

Les données ouvertes sont des données accessibles à tous, utilisées et partagées par tout le monde. Un meilleur accès aux données ouvertes peut aider les populations à façonner un avenir durable, à l’aide de solutions fondées sur des données probantes, tout en contribuant à une prise de décisions plus transparente. Pour exploiter le potentiel des données ouvertes, tout le monde doit pouvoir y accéder et les utiliser. Apprenez-en plus sur l’enquête de la Web Foundation pour savoir si les Africaines profitent aussi des données ouvertes.

par

Fatma Ben Rejeb est la CEO de l’Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO). La PAFO est un réseau d’organisations paysannes de tout le continent africain, qui vise à améliorer la communication, la collaboration et le partage d’informations/de connaissances entre les parties prenantes. Elle est la première organisation paysanne à l’échelle du continent et constitue un instrument important pour associer directement les agriculteurs au programme africain de croissance et de développement.

La présence des femmes dans l’agriculture est une réalité statistique. En effet, les études démontrent qu’elles représentent aujourd’hui 40 % de la main-d’œuvre du secteur dans les pays ACP. Cependant, bien que leur contribution soit essentielle au développement de l’économie rurale et de la numérisation, l’écart entre les sexes continue de se creuser dans les TIC (Technologies de l’information et de la communication).

Derniers numéros

Spore N° 91

L’agriculture ACP de nouvelle génération - Les innovations qui marchent

Spore N° 90

Les femmes et la digitalisation de l’agriculture

Spore N° 89

Data4Ag - De nouvelles opportunités pour les petits exploitants

Spore N° 88

Libérer le potentiel de la blockchain pour l’agriculture

Spore N° 87

Données météorologiques pour l'agriculture

Tous les magazines